Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La foule était nombreuse jeudi dans les mines de sel de Bex (VD) à l'heure de présenter les travaux du site touristique. Les visiteurs pourront notamment découvrir la nouvelle salle de production de sel artisanal.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Le site touristique des Mines de sel de Bex (VD) sort d'importants travaux. Durant près de 17 mois, les ouvriers se sont attelés sur ce chantier. Objectifs: augmenter la fréquentation et mieux accueillir les visiteurs. La réouverture a lieu samedi.

Alors qu'elles accueillent entre 60'000 et 65'000 visiteurs par an, les mines voient plus grand. "Dans un premier temps, nous souhaitons augmenter la fréquentation de 10%. Puis de 25% à 80'000 visiteurs, une fois que toutes les transformations seront réalisées", a détaillé jeudi sur place Philippe Benoît, directeur des Mines.

Le site situé dans le Chablais vaudois veut également mieux gérer les afflux de touristes, surtout lors des journées pluvieuses d'été où les curieux se pressent. Et pour ce faire, il a réalisé plusieurs aménagements et développements présentés en grande pompe à la presse et un parterre de politiques. On a notamment pu voir sur place le ministre vaudois Pascal Broulis, le conseiller aux Etats Olivier Français ou la conseillère nationale Alice Glauser.

Nouvelle gare

Le front de la galerie principale du Bouillet a ainsi été agrandi afin de créer une nouvelle gare et une boucle de retournement de la voie aux trois-quarts du trajet. Une galerie piétonne a par ailleurs été creusée depuis cette gare pour rejoindre la salle des cristaux.

Toujours sur le parcours touristique, une unité de production de sel artisanal a vu le jour. Une première qui doit permettre de visualiser la transformation de la saumure en sel. A noter qu'un spectacle audiovisuel sera aussi proposé. Côté sécurité, celle-ci a été améliorée. Un système de détection incendie high-tech et des portes coupe-feu ont ainsi été installées.

Booster la fréquentation

Ces travaux, d'un coût de cinq millions de francs, sont pris en charge par les Salines Suisses. Car s'il revient à la Fondation des mines de sel de Bex de gérer les activités touristiques du site, celle-ci est soutenue par la Saline de Bex qui fait partie depuis 2014 du groupe Salines Suisses.

Un groupement qui comprend encore les sites de Schweizerhalle (BL) et Ribourg (AG) et qui produit quelque 600'000 tonnes de sel par an, dont 30'000 proviennent de Bex.

Fusion réussie

De l'avis de Pierre-François Veillon, président du Conseil d'administration de la Saline de Bex et membre du Conseil d'administration de Salines Suisses, ces travaux n'auraient pu se faire sans le soutien de la nouvelle entité. "Nous aurions dû chercher d'autres moyens de financement (...) le volume conséquent et la rénovation que nous venons de faire n'auraient pas été possibles sans la fusion avec les Salines du Rhin".

A l'heure de tirer un bilan de ce regroupement, l'homme est clairement satisfait. "Cela a permis de donner de la reconnaissance à ce berceau historique de la production de sel."

Statu quo

Reste que la production n'a pas pris l'ascenseur. "Elle est limitée en raison de la capacité de l'usine", répond Pierre-François Veillon. Et de préciser que cela ne va pas changer.

Quant aux articles de cosmétique contenant du sel de Bex, "nous notons une petite augmentation mais cela n'est pas le produit-clé", a précisé Urs Christoph Hofmeier, directeur général de Salines Suisses.

A l'avenir

Notons que d'autres travaux sont encore à prévoir sur le site. Parmi les projets à venir, la finalisation d'une nouvelle galerie ces prochains mois qui doit permettre d'augmenter la capacité d'accueil.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS