Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le 161e Clasico de l'histoire de la Liga a nettement tourné à l'avantage du FC Barcelone, tombeur magistral du Real Madrid 5-0 sur des buts de Xavi, Pedro et Villa (doublé). Les Catalans, en infligeant au club merengue sa première défaite de la saison, ont de ce fait ravi la première place du classement à leurs rivaux.
Josep Guardiola doit détenir une formule secrète, lui qui bat pour la 5e fois de suite le Real, soit un taux de 100% de réussite depuis sa nomination sur le banc blaugrana en 2008. Un nouveau prestigieux record que les Barcelonais doivent surtout à leur maîtrise collective digne de tous les superlatifs.
Sur l'ouverture du score (10e), le Barça a une fois de plus fait étalage de sa science de la circulation et du jeu sans ballon. Le mouvement a été conclu par Xavi qui, du haut de ses 544 matches pour son club formateur, approche gentiment des 548 apparitions du recordman Migueli.
David Villa n'oubliera certainement pas son premier Clasico. Auteur de l'assist pour Pedro sur le 2-0 (18e), après près de 2 minutes de possession de balle catalane, el Guaje a enfoncé le clou coup sur coup, aux 55e et 58e. Jeffren, à la 91e, a scellé le score, donnant à cette 63e victoire barcelonaise dans le duel phare du football espagnol (contre 68 pour Madrid et 30 nuls) des allures de véritables correction. Correction qui n'est pas sans rappeler l'humiliant 6-2 infligé, à Bernabeu, aux joueurs de la Maison blanche en 2009.
Le Real Madrid a tout simplement sombré dans un Camp Nou que José Mourinho avait quitté avec le sourire en avril dernier, quand, avec l'Inter Milan, il avait sorti le Barça en demi-finale de la Ligue des champions. L'ancien assistant de Robson et Van Gaal (1996-2000) ne s'est toutefois jamais imposé en Catalogne, ni avec les Lombards, ni avec Chelsea.
Seul Cristiano Ronaldo, en première mi-temps, a été en mesure d'inquiéter Barcelone. Le Portugais s'est cependant davantage illustré par un altercation avec Guardiola à la 30e, poussant l'entraîneur adverse après que ce dernier a refusé de lui donner le ballon. En définitive, le club le plus titré d'Espagne (31 sacres contre 20 pour le Barça) n'a pas été à la hauteur d'un événement qui mettait aux prises 13 champions du monde, 2 Ballons d'Or et 10 nominés pour le titre de joueur de l'année 2010.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS