Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le premier coup de pioche du chantier de la ligne ferroviaire du CEVA a été donné mardi à Genève. Le Conseil d'Etat genevois au grand complet a participé à la cérémonie, au côté de la conseillère fédérale Doris Leuthard, cheffe du Département des transports.

Le CEVA, acronyme pour Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse, est un projet qui a mis près d'un siècle à se concrétiser. La réalisation de ce tronçon de 16 kilomètres de rail a été devisé à 1,5 milliard de francs pour la partie située en territoire suisse et 240 millions d'euros pour les deux kilomètres se trouvant en France.

Le CEVA devrait être inauguré en 2017. Il sera la colonne vertébrale du futur réseau RER qui rayonnera à partir de Genève jusqu'en France voisine et dans le canton de Vaud. La ligne, prévue pour accueillir 50'000 passagers par jour, devrait offrir une alternative à la route dans une région en plein développement démographique.

Leuthard enchantée

Cette liaison est emblématique, a relevé Doris Leuthard, visiblement enchantée de participer à l'événement. Le CEVA préfigure le lancement d'autres projets ferroviaires en Suisse romande, notamment l'amélioration du noeud de Lausanne et l'aménagement de la ligne vers le Valais, a-t-elle rappelé.

Les travaux du CEVA ont été lancés malgré le fait que des incertitudes demeurent sur le plan juridique. Le Tribunal fédéral a certes donné son aval à l'ouverture du chantier, mais en excluant le creusement du tunnel de Champel qui fait l'objet de cinq recours. Ceux-ci doivent encore être traités par Mon Repos.

ATS