Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le derby entre Saint-Etienne et Lyon a une fois de plus été désolant et s'est déroulé dans un climat haineux. Léo Lacroix, défenseur des Verts, en a été un des protagonistes malheureux.

L'Olympique Lyonnais aurait tout simplement pu savourer un succès historique, 5-0 au stade Geoffroy-Guichard, dans le repaire de l'éternel rival. Sauf que nombreux sont ceux qui confondent rival sportif et ennemi juré.

Titulaire en défense centrale, Léo Lacroix a vécu un véritable cauchemar. Déjà mystifié sur le 2-0 signé Nabil Fekir, le Vaudois a ensuite été directement expulsé pour un tacle extrêmement dangereux sur le capitaine de l'OL.

Le genou de Fekir, en grande forme actuellement (11 buts en 12 matches de Ligue 1) et qui vient de faire son retour dans la liste de Didier Deschamps en équipe de France, a concentré toute l'attention durant de longues minutes à la suite de la charge de Lacroix. Mais le Gone a finalement pu revenir au jeu et même marqué le dernier but.

L'attaquant, pris pour cible par le public, a toutefois mal réagi en provoquant les supporters stéphanois, dont la colère a conduit à une... deuxième interruption (tous les joueurs ont dû quitter le terrain) de ce derby à cinq minutes du terme, la pelouse ayant été envahie par des fans furieux. "Il n'y avait pas d'arrière-pensée, j'ai célébré mon but comme ça, il n'y a pas de souci, peut-être qu'il ne fallait pas le faire mais je ne regrette rien", a persisté le joueur.

"Il faut rester humble, ce geste gâche le plaisir. Nous n'aurions pas aimé si cela s'était déroulé dans l'autre sens. Ce n'est pas bien de faire ça", a déploré le coach de Lyon Bruno Génésio en commentant l'attitude de son capitaine, qui n'est pas revenu des vestiaires.

C'est la police nationale, la préfecture et la direction départementale qui ont dû prendre le leadership et décider, après discussion avec les autorités sportives, de la poursuite de la rencontre, plus d'une demi-heure après les faits dans un stade qui s'est vidé de lui-même. Un délibéré qui a donné lieu à quelques scènes surréalistes, notamment celle de l'intrusion dans la salle de Laurent Paganelli, journaliste de la chaîne Canal+, qui s'est invité dans la discussion.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS