Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tout s'est presque déroulé à la perfection pour le Paris Saint-Germain en ce 5 août historique pour le club.

Presque car, dans la foulée de la présentation de Neymar au Parc des Princes, le PSG ne s'est imposé "que" 2-0 contre Amiens pour son premier match de Ligue 1 2017/18.

Un score qui ne reflète pas vraiment la physionomie d'une rencontre à sens unique que la formation d'Unai Emery a maîtrisée de long en large et, parfois aussi, en travers. En travers dans le dernier geste, ou l'avant-dernier, pollués par quelques imprécisions expliquant l'étroitesse de l'écart final.

Le public du Parc des Princes, baigné du soleil de l'espoir, n'a toutefois même pas semblé s'en rendre compte. Trop occupé à prolonger la fête réservée à Neymar - présent dans les tribunes entourés de ses proches - en faisant résonner tout au long de l'après-midi l'air d'une samba euphorique. Edinson Cavani a ouvert le score à la 42e et a offert le 2-0 à Javier Pastore à la 81e.

Bien sûr, les attentes des supporters se feront plus pesantes au fil des mois. Mais, comme le champion Monaco vendredi (un poussif 3-2 contre Toulouse), le PSG a fait le travail en prenant les trois points face au néo-promu. Aucune raison donc de faire la fine bouche dans une capitale brûlant d'impatience de vivre les plus belles soirées imaginables grâce à Neymar, ce crack qui doit conduire son équipe vers les sommets.

La rentrée de Ligue 1 a été bien plus dure pour Lucien Favre et Nice, nettement dominés et battus à Saint-Etienne (1-0). Si Léo Lacroix (sur le banc) semble n'être au mieux qu'un deuxième choix pour le nouvel entraîneur Oscar Garcia, le jeune Saidy Janko (21 ans) a lui disputé toute la rencontre dans le couloir gauche des Verts, ayant même eu une altercation avec Alassane Pléa. Le Zurichois à rejoint l'ASSE cet été en provenance du Celtic Glasgow.

A noter encore la convaincante victoire 4-0 de Lyon contre le revenant Strasbourg, avec l'ouverture du score signée par le Domicain Mariano Diaz (ex-Real Madrid), le transfert phare estival des Gones.

ATS