Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Athlétisme - Après sa victoire conquise dans les derniers mètres sur Asafa Powell jeudi à Oslo, Usain Bolt a déclaré ne pas se sentir très à l'aise avec les nouveaux blocks (de départ).
"Je ne sais pas très bien comment les régler. A Rome, j'y suis arrivé, mais cette fois pas aussi bien", a dit le triple champion olympique, gagnant du 100 m en 9''79.
"Les nouveaux blocks sont plus petits que les anciens, et j'ai de grands pieds", a expliqué Bolt. Au-delà de ses difficultés - toutes relatives - au départ, la mégastar du sprint n'a pas encore retrouvé toute son aisance dans la phase de transition et d'accélération. Son très bon chrono d'Oslo ne lui suffit pas à être parfaitement serein à l'approche des Jeux. La concurrence se tient à l'affût, prête à profiter d'une moindre défaillance, comme l'ont encore montré les 9''85 de Powell, en tête jusqu'aux 85 m à Oslo.
"Je vais maintenant retourner en Jamaïque, travailler quelques points, en particulier mon départ, puis disputer les sélections olympiques (trials). Ensuite, avant les Jeux, je n'ai qu'une course de prévue, le 200 m de Monaco" (le 20 juillet), a dit Bolt.
Ses rivaux absents à Oslo se retrouveront ce samedi à New York, avec un 100 m qui sent la poudre. Devant la presse, le champion du monde Yohan Blake a déclaré que son but était de finir la saison invaincu. Ce qui signifie battre Bolt, son compatriote et compagnon d'entraînement, aux Jeux... "Nous nous entendons merveilleusement. Les gens pensent qu'il n'y a pas de place pour deux sprinters comme nous dans la même équipe, mais ça se passe bien", a dit Blake. "C'est clair, chacun d'entre nous veut être le numéro 1", a-t-il cependant ajouté.
A New York, Blake (9''84 ce printemps) reverra Tyson Gay, de retour de blessure, mais les deux hommes ne seront pas dans la même série. Les cadors continuent dans une large mesure à s'éviter avant les JO. Contrairement à celui d'Oslo, le 100 m de New York n'est pas estampillé "Ligue de diamant", mais il n'a rien à lui envier.

ATS