Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Bâle devrait encore être européen au printemps ! Avec un point contre Benfica (1-1), acquis avec brio à Lisbonne lors de la 4e journée de la Ligue des champions, les Rhénans peuvent continuer à rêver.
Cauchemardesque, l'entame de match des Bâlois a agi comme une piqûre de rappel pour ceux qui avaient oublié la différence flagrante ayant séparé les deux formations à St-Jacques il y a deux semaines. Décapité par la perte de Marco Streller - malade - et Alexander Frei - victime d'une inflammation du tendon du genou et forfait de dernière minute -, le FCB a totalement été submergé, étouffé, balayé par les Lisboètes.
Dès la 1re minute, Sommer a dû repousser une tête de Rodrigo sur son poteau. Mais l'ancien réserviste du Real Madrid, 20 ans et plein de talent, n'a pas eu à attendre longtemps avant de faire trembler les filets. Servi par le meilleur passeur de la compétition Gaitan (4e assist), l'Espagnol a armé une magnifique volée pour trouver la lucarne de Sommer à la 4e. Rodrigo est un rapide: il avait déjà inscrit le premier de ses deux buts samedi contre Olhanense (2-1) après 25 secondes seulement...
Outrageusement dominateur durant le premier quart d'heure, Benfica s'est ensuite arrêté de jouer. Un dilettantisme dont a profité Bâle pour, tout d'abord, recouvrer ses esprits, puis pour ramener un peu plus les débats dans le camp adverse.
La tendance s'est confirmée après la mi-temps, au fur et à mesure que Xhaka a cessé de se perdre dans le rond central et que Fabian Frei a retrouvé un peu de mordant, épaulant ainsi un Shaqiri décidément déroutant, lequel avait dû se multiplier jusque-là. Bénéficiant toujours de l'incompréhensible mansuétude de Benfica, le FCB s'est fait de plus en plus dangereux, exerçant même une certaine emprise sur la rencontre.
Ses efforts ont été logiquement récompensés à la 64e sur un centre tendu au sol de Chipperfield, repris instantanément, proprement et calmement par Huggel. Non, les prometteurs jeunes loups rhénans n'ont pas encore définitivement poussé leur vieille garde sur la touche !
La performance, si elle doit beaucoup à l'attitude des Portugais, force tout de même le respect. Alexander Frei et Marco Streller n'étaient en effet pas les seuls absents au stade de La Luz. Voser, Yapi, Stocker manquaient également à l'appel, soit autant de joueurs de qualité dont un club suisse ne peut, normalement, pas se passer sans en payer le prix fort.
Avec seulement trois points de retard sur le tandem Benfica-Manchester United, les Bâlois restent dans la course aux 8es de finale. Ils auront l'occasion de se rapprocher d'une des deux premières places fin novembre à Bucarest contre Galati, tandis que s'affronteront les deux favoris du groupe à Old Trafford. Avant de peut-être disputer une "finale" en décembre chez eux contre ManU.
Le tout en sachant que l'aventure européenne pourrait aussi se poursuivre en Europa League. Avec cinq points d'avance sur Otelul Galati, le FCB est presque assuré de finir au pire en troisième position du groupe. C'est donc une certitude: l'expédition à Lisbonne a été un franc succès.

ATS