Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sans briller et en ratant un penalty, le FC Bâle s'est quand même imposé 3-1 sur la pelouse du Lech Poznan, lors du 3e tour aller des qualifications de la Ligue des champions.

Un résultat qui place les Rhénans dans une excellente position avant le retour de mercredi prochain à Saint-Jacques.

Il est des fois où mieux vaut ne pas trop faire la fine bouche. Cette rencontre qui s'annonçait compliquée entre dans cette catégorie. Alors le FCB se félicitera d'être allé chercher une victoire dans un stade où la ferveur du public peut en déstabiliser plus d'un. Le tout en ayant marqué deux buts à l'extérieur qui, rappelons-le, comptent double en Coupe d'Europe en cas d'égalité au score cumulé après les deux parties.

Certes, tout ne fut pas parfait dans le jeu. La faute à trop de déchet technique et à des joueurs pas toujours au niveau. Non, ce FCB n'a sans doute plus la même force de frappe que lors des saisons précédentes. Mais son sérieux, son vécu international, sa supériorité intrinsèque par rapport aux Polonais et sa volonté d'imposer sa loi devraient lui permettre de passer l'épaule et de s'inviter en barrages, étape ultime avant la phase de groupes.

Les Rhénans ont ouvert les feux, à la 34e, par Michael Lang. L'international s'est retrouvé à la réception d'un corner de Luca Zuffi et au bénéfice d'une feinte de Breel Embolo pour tromper Buric de la tête. Un avantage de très courte durée puisque Poznan a égalisé moins d'une minute plus tard sur une lourde frappe de Pawlowski qui a heurté la transversale avant de franchir la ligne.

Entré en jeu à l'heure de jeu pour Embolo, Marc Janko a délivré le FCB à la 77e, en profitant des errements de la défense du Lech, notamment Douglas. Une réussite inscrite à onze contre dix puisque Poznan avait perdu Kedziora à la 66e après une faute de dernier recours sur le très remuant Bjarnason. A côté de ses pompes durant tout le match, Shkelzen Gashi, meilleur buteur de la Super League 2014 et 2015, avait raté son penalty (parade de Buric).

Puis Davide Callà, qui a remplacé Gashi, a scellé le score à la 92e, plaçant son équipe sur une voie royale. Dommage que Taulant Xhaka se soit à nouveau illustré par son idiotie en se faisant l'auteur d'un geste dangereux qui lui a valu un carton rouge à la... 93e.

ATS