Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Bâle a crée la sensation: les Rhénans ont battu Manchester United 2-1 et se sont qualifiés pour les 8es de finale de la Ligue des champions. Les Anglais, finalistes en mai, sont éliminés.
L'impensable s'est donc produit. Emmené par un Xerdan Shaqiri étincelant, le FC Bâle a signé sans doute le plus grand exploit d'un club suisse: il a infligé un K.O. parfait à Manchester United.
Victorieux 2-1 sur des réussites de Streller (9e) et d'Alex Frei (84e), toutes deux amenées par ce diable de Shaqiri, le FC Bâle se qualifie pour les huitièmes de finale. C'est la deuxième fois en neuf ans que les Rhénans figurent parmi les seize meilleures équipes du continent. En 2002, ils avaient éliminé un autre club anglais de légende, Liverpool.
Même si les buteurs sont deux valeureux trentenaires, cette qualification du FCB porte bien la marque de la nouvelle vague du football suisse. Tous trois finalistes de l'Euro M21 en juin dernier au Danemark, Sommer, Shaqiri et Granit Xhaka furent les "moteurs" d'une équipe qui n'a peut-être pas cessé de surprendre.
En plaçant Rooney en pointe de son 4-2-3-1, Sir Alex Ferguson annonçait la couleur: Manchester United était certes prêt à faire le jeu mais songeait en premier lieu à assurer ses arrières. Un nul ne suffisait-il pas à son bonheur ?
Seulement après neuf minutes de jeu, le manager écossais devait revoir son plan de jeu. Le FC Bâle ouvrait le score par Streller, qui surgissait sur un centre de Shaqiri plutôt mal renvoyé par de Gea. A 1-0, le rêve était cette fois vraiment permis pour des Rhénans emmenés par un Shaqiri et un Granit Xhaxa remarquables. Malgré une emprise indéniable, les Anglais devaient attendre la 30e minute pour porter une première fois le danger par Park. Rooney échouait ensuite devant Sommer (35e) et Nani, le meilleur Mancunien, était stoppé à la dernière seconde par le Park bâlois.
Juste avant la pause, MU perdait son capitaine Vidic. Blessé dans un contact avec Streller, le Serbe sortait sur une civière et était remplacé par Evans.
A la reprise, Manchester posait une première banderille avec une ouverture de Giggs pour Rooney qui ne cadrait pas. Mais le feu ne prenait pas. C'était même le FCB qui prenait le contrôle de la partie avec une frappe de Shaqiri (52e), un coup-franc d'Alex Frei (54e) et une percée de Fabian Frei (57e). On était plus près du 2-0 que du 1-1 !
Mais à l'heure de jeu, une action incroyable rappelait au FCB que son destin reposait bien sur un fil. Sur un centre de Nani, Steinhöfer armait... une reprise parfaite qui frappait sa propre transversale. A un ou deux centimètres près, le latéral allemand inscrivait l'autogoal de l'année.
La fin de match fut presque une torture pour le FCB. Face à des Anglais qui avaient introduit deux attaquants supplémentaires - Welbeck et Macheda -, les Rhénans ne cessaient de perdre du terrain. Mais le calme dégagé par Sommer dans ses buts et la puissance athlétique d'Abraham et de Dragovic leur ont permis de tenir le choc. Jusqu'à ce but de la tête d'Alex Frei de la 84e minute qui offrait un beau matelas au FCB. Un matelas nécessaire puisque Jones pouvait réduire le score à la 89e. On devait toutefois en rester là. La grande fête du FCB ne tournait pas au cauchemar.

ATS