Toute l'actu en bref

Le Real a pris un avantage décisif sur l'Atletico dans le derby madrilène en demi-finale de la Ligue des champions. Il s'est imposé 3-0 à l'aller.

Ce succès porte la signature de Cristiano Ronaldo, auteur des trois buts de son équipe (10e/73e/86e). "CR7" a une fois encore joué les bourreaux face à l'Atletico. Le Ballon d'or portugais a marqué à 21 reprises contre les Colchoneros en 28 rencontres! Tout simplement phénoménal.

Ronaldo en est désormais à dix réussites en onze matches cette saison dans la compétition européenne majeure. Les paris sont déjà ouverts sur un but de sa part le 3 juin en finale à Cardiff...

Ceux qui craignaient un match fermé et "pourri" par l'enjeu et la nervosité ont dû être un peu soulagés. Cet énième derby madrilène s'est en effet avéré vivant et disputé dans un esprit généralement assez correct compte tenu de la rivalité acerbe entre les protagonistes.

Ascendent psychologique

Tenant du titre, et certain d'avoir un ascendant psychologique contre son voisin après les duels serrés gagnés en finale (2014/2016) et en quart de finale (2015), le Real a nettement dominé dès les premières minutes. Cette fois, son rival local n'a pas eu voix au chapitre.

L'Atletico a été loin d'afficher son visage habituel. Semblant paralysés par moments, les Colchoneros ont été malmenés dans les duels, pourtant leur habituel point fort. Ils ont aussi accusé un gros déchet technique dans leurs passes.

Sous l'impulsion de Kroos et Modric, bien aidés sur les côtés par les montées des latéraux Carvajal et Marcelo, l'équipe de Zidane a maîtrisé son sujet comme rarement face à l'Atletico.

Mal payé

Au moment de rejoindre les vestiaires après 45 minutes à sens unique, Diego Simeone n'avait sans doute qu'un seul motif de satisfaction: le score. Car à 1-0 au repos, son équipe pouvait s'estimer heureuse.

Si Ronaldo avait rapidement débloqué les compteurs - tête sur un centre de Casemiro (10e) -, Varane, Benzema et Modric étaient ensuite passés près d'inscrire le numéro deux pour un Real mal payé de ses efforts.

La production offensive des visiteurs s'avérait par contre bien maigre. Navas devait sortir devant Gameiro (17e), et Godin ne cadrait pas sa reprise sur un coup franc de Griezmann (32e). C'est tout!

Atletico peu dangereux

L'Atletico parvenait mieux à enrayer les manoeuvres adverses en seconde période. Simeone, sentant qu'il y avait peut-être un coup à jouer, faisait évoluer son équipe de manière un peu plus offensive. Mais ses hommes peinaient toujours à créer le danger même s'ils étaient plus souvent en possession du ballon.

La deuxième moitié de match du Real était moins flamboyante sur le plan offensif. Mais l'équipe serrait sa garde derrière, tout en spéculant sur un éventuel contre. Le jeu se hachait au fil des minutes, la nervosité montant de plusieurs crans.

Le 2-0 signé évidemment par Ronaldo à la 73e soulageait Santiago Bernabeu, et le numéro trois encore plus. Avec une telle avance, le Real Madrid pourra effectuer le court déplacement chez l'Atletico l'esprit serein mercredi 10 mai. Une nouvelle finale se profile pour le club le plus titré dans la compétition.

ATS

 Toute l'actu en bref