Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un penalty polémique a brisé le rêve fou de la Juventus de sortir le Real Madrid en quart de finale de la Ligue des champions après avoir pourtant perdu 3-0 le match aller en Italie.

Mais Cristiano Ronaldo, à la... 97e, a sauvé les meubles pour le double tenant du titre, battu 3-1 à Santiago-Bernabeu.

Aucun doute: l'intervention de Benatia sur Lucas Vazquez sera disséquée sous tous les angles et partout dans le monde. Si l'attaquant madrilène en a rajouté, impossible de ne pas convenir que le geste du défenseur marocain était pour le moins lourdaud. Gianluigi Buffon, lui, s'est vite fait son opinion et l'a tant hurlée à l'arbitre Michael Oliver qu'il a même été expulsé, devant laisser sa place pour le penalty à un Szczesny qui n'a pu que regarder fuser le missile de CR7 dans sa lucarne.

Ainsi, un jour après l'élimination du Barça par la Roma, l'Espagne a bien failli devoir pleurer son autre fleuron, botté aux fesses par une Vieille Dame plus que fringante. Comme mardi lors de Manchester City - Liverpool, l'équipe vaincue 3-0 à l'aller a rapidement marqué (par Mandzukic après 1'16 seulement). Mais, contrairement aux Citizens, les Bianconeri ont, eux, vu leur deuxième but (toujours Mandzukic, à la 37e, sur assist de Lichtsteiner) être validé par l'arbitre, ouvrant ainsi la voie à une deuxième mi-temps à couper le souffle.

Privée de sa pierre angulaire Sergio Ramos (suspendu), la défense madrilène a vécu l'enfer à chaque accélération italienne, notamment celles de Douglas Costa. Et elle a encore plié, à l'heure de jeu, devant Matuidi. Les trois fois, les centres sont venus du flanc gauche d'un Marcelo défensivement à la rue et ont mis en lumière les carrence de la charnière Varane - Vallejo. Mercredi, c'était portes ouvertes à la Maison blanche !

Et le Real dans tout ça ? Des occasions, mais aucune efficacité (transversale de Varane à la 45e). Des occasions mais une Juventus acharnée qui s'est jetée bec et ongles dans la bataille, à l'instar des deux grognards Buffon (deux immenses parades contre Isco aux 34e et 78e) et Chiellini. Et de Stephan Lichtsteiner, introduit à la surprise générale à la place de De Sciglio à la 17e déjà dans ce qui a semblé être un choix tactique.

Or le Lucernois, que certains en Suisse annoncent comme tricard dans le Piémont, s'est montré décisif sur le 2-0 comme il l'avait été au tour précédent à Wembley contre Tottenham. Tout en réservant un traitement de faveur (et sans doute aussi plusieurs ecchymoses) à Cristiano Ronaldo. Pas si mal pour un homme qui ne joue soi-disant jamais...

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS