Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Bayern Munich a rejoint les demi-finales de la Ligue des champions pour la cinquième fois consécutive. Les Bavarois ont fait 2-2 à Lisbonne contre le Benfica, après leur succès 1-0 de l'aller.

Les hommes de Pep Guardiola n'ont pas tremblé au stade de la Luz, malgré l'ouverture du score des Portugais par Raul Jimenez (27e), sur une sortie ratée de Neuer. Ils ont assez vite enlevé ses illusions au Benfica, d'abord par l'égalisation signée Vidal (38e), puis grâce au but de Müller (52e) qui mettait de facto un terme à tout suspense. La maîtrise était bel et bien germanique, surtout que les absences côté Benfica ont pesé lourd sur le plan offensif (Jonas, Mitroglou, Gaitan).

Fidèles à leurs habitudes, les Allemands ont rapidement confisqué le ballon aux Portugais. Ils ont bénéficié de deux occasions par Müller (19e), préféré en pointe à un Lewandowski un peu usé physiquement ces dernières semaines, puis par Vidal (22e).

Et pourtant, c'est Benfica qui a ouvert le score à la 27e. Sur un long centre d'Eliseu, Neuer appréciait mal la trajectoire, ce qui permettait à Raul Jimenez de marquer de la tête. Un sacré choc pour le Bayern, qui semblait maîtriser le jeu jusque-là. Et sans une parade de Neuer peu après sur une reprise du buteur mexicain, la situation aurait pu devenir critique pour le Rekordmeister.

Mais la réaction des visiteurs ne tardait pas: à la 38e, un centre de Lahm était repoussé plein axe par le gardien Ederson, ce dont profitait Vidal pour égaliser. Le combatif Chilien avait déjà signé le seul but à l'aller.

Grâce à cette réussite inscrite à l'extérieur, les Bavarois évoluaient dès lors sur du velours. Et quand Müller (52e) surgissait sur une remise de la tête de Javi Martinez, l'issue de cette double confrontation ne faisait plus le moindre doute. Et ce malgré le 2-2 inscrit sur un superbe coup franc de Talisca (76e) dans la lucarne.

Eliminé en demi-finale lors des deux dernières éditions, alors que son prédécesseur Jupp Heynckes avait mené l'équipe en finale tant en 2012 (défaite contre Chelsea) qu'en 2013 (victoire contre Borussia Dortmund), Pep Guardiola peut donc encore rêver d'un happy end au terme de ses trois saisons sur le banc munichois, avant d'aller prendre les destinées de Manchester City. Un club qu'il pourrait d'ailleurs trouver sur son chemin en demi-finale...

ATS