Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Heureux d'avoir franchi l'obstacle" Lech Poznan au 3e tour qualificatif de la Ligue des champions, Urs Fischer, le coach du FC Bâle, n'en demeure pas moins critique envers son équipe.

Urs Fischer, quel bilan dressez-vous de ce match retour remporté 1-0 contre Poznan?

"Je pense que notre succès de l'aller (NDLR: 3-1) était trop large compte tenu de la rencontre. Et c'est ce que j'ai dit à mes joueurs avant le retour. Mais, avec ce score acquis en Pologne, nous aurions pu passer une soirée plus tranquille chez nous. Or, plutôt que de jouer libérée, l'équipe a évolué sur la retenue. Nous pouvons même être menés 1-0 si Lech convertit ses occasions et là... On ne peut pas être si content que cela de notre match et ça aussi, je l'ai immédiatement dit à mes joueurs aux vestiaires."

Avez-vous souffert de la pression que représente la Ligue des champions, des millions que la compétition promet, de l'importance d'y participer?

"Pas du tout, nous n'y avons pas pensé. Nous essayons de nous préparer pour chaque rencontre de manière optimale. Après, le résultat de ton travail, tu ne le connais qu'une fois la partie terminée. Le résultat de l'aller nous a placés dans une excellente position mais comme nous avons été trop bien payés, cela représentait aussi un danger, celui de se voir trop beaux. Ce soir (NDLR: mercredi), les joueurs ont quitté le terrain un peu déçus de leur prestation, c'est vrai, mais je ne pense pas que ce que nous avons produit soit le fait de la pression ou de l'argent en jeu en Ligue des champions. Nous n'avons pas été bons, il faut l'accepter et chercher à faire mieux la prochaine fois. Et puis, au final, nous gagnons 1-0 et nous nous qualifions. Ca aussi, ça compte..."

Y a-t-il un adversaire que vous voudriez affronter en barrage, parmi le Maccabi Tel Aviv, le Partizan Belgrade, Malmö, Skenderbeu et Astana?

"Je n'ai qu'une seule chose en tête: Lucerne, notre adversaire samedi! Et puis, si vous voulez disputer la Ligue des champions, ce qui est notre objectif, vous devez être prêt à battre tout le monde."

ATS