Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Raphaël Wicky est clair: il n'a pas vu un FC Bâle à la rue, mais tout simplement un FCB qui a perdu 4-0 contre un Manchester City bien trop fort, en 8e de finale aller de la Ligue des champions.

"Il fallait une nuit parfaite et une nuit parfaite, ce n'est pas Gündogan qui marque de la tête alors qu'il fait ma taille...", a très sérieusement plaisanté au micro de la RTS le coach valaisan, qui n'a pas apprécié la facilité avec laquelle les Citizens ont marqué les deux premiers buts. "Il y a aussi cette occasion d'Oberlin qui ne rentre pas, comme ça avait été le cas contre Benfica. Ca non plus, ce n'est pas une nuit parfaite."

Mais Wicky refuse de fustiger son équipe. "Nous n'avons pas eu peur, nous avons essayé de presser, mais c'est dur de presser cette équipe. C'est un autre monde. J'ai vu un Bâle qui voulait et c'est ce que je retiens."

L'entraîneur du FCB a également tenu à rafraîchir la mémoire de ceux qui pourraient être tentés de comparer cette défaite avec la victoire 1-0 en novembre contre l'autre Manchester, en phase de groupes. "A la mi-temps, c'était 0-0 mais United tire une fois sur la barre, une fois sur le poteau et notre gardien fait un arrêt. C'est ça aussi dont nous avons besoin contre de si grandes équipes."

Qu'attendre alors du match retour le 7 mars ? "Il faut en profiter pour prendre de l'expérience en vue de la suite championnat", insiste Léo Lacroix, qui a disputé son tout premier match de Ligue des champions. "Nous avons mal commencé, il faut se ressaisir. Il faut aller chercher cette première place."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS