Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ancien président du Conseil national Stéphane Rossini pourrait figurer sur une liste au côté d'Esther Waeber-Kalbermatten. Mais cette dernière n'est pas favorable à une liste ouverte.

KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

(sda-ats)

Liste ouverte ou fermée pour l'élection au Conseil d'Etat: les socialistes du Valais romand (PSVR) se prononceront samedi après-midi lors du congrès du parti à Randogne. L'enjeu est d'importance et les débats s'annoncent animés.

Le bureau exécutif du PSVR a donné sa position mercredi: il soutient une liste ouverte pour les élections cantonales de mars 2017. En plus de la sortante Esther Waeber-Kalbermatten, devrait y figurer l'ancien président du Conseil national Stéphane Rossini.

Ce ticket à deux divise les membres du PSVR. Il y a ceux qui le voient comme une chance, misant sur une mobilisation des troupes du Haut comme du Bas-Valais. Et ceux qui le considèrent comme un danger: ils craignent une désunion des deux parties linguistiques du canton et au final, la perte de l'unique siège socialiste au gouvernement valaisan.

Esther Waeber-Kalbermatten indécise

La candidature de la présidente du Conseil d'Etat a été avalisée par le parti socialiste du Haut-Valais en juin 2016. Le PSVR s'y est rallié jusqu'à ce que plusieurs de ses membres déposent une demande pour une liste ouverte.

Ce retournement de situation ne satisfait pas Esther Waeber-Kalbermatten, qui pourrait reconsidérer sa candidature. Dans un entretien accordé jeudi au Nouvelliste, elle déclare: "Je ne me prononce pas si je serai candidate sur une liste ouverte. (...) l'option d'une liste ouverte comporte un risque de perdre un siège".

Porte ouverte pour Stéphane Rossini

Les opposants à une liste ouverte n'imaginent pas Esther Waeber-Kalbermatten et Stéphane Rossini côte à côte alors que le second a malmené la première. En juin dernier, M. Rossini a dénoncé un "putsch" du parti socialiste du Haut-Valais et dénigré le bilan de la conseillère d'Etat en place.

Via un communiqué cinglant, il a également annoncé renoncer à se lancer dans la course à l'exécutif. Il s'est toutefois laissé une porte ouverte en cas "d'éléments nouveaux"; la demande d'une liste ouverte en est un.

PDC, PLR et UDC dans la course

Le PDC valaisan compte conserver ses trois sièges à l'exécutif. Il lance dans la course le sortant Jacques Melly ainsi que Christophe Darbellay et Roberto Schmidt.

Le PLR espère reconquérir le siège perdu en 2013. Il présente un double ticket avec Frédéric Favre et Claude Pottier.

Quant à l'UDC, elle tiendra son assemblée générale après les élections communales de la mi-octobre. Le sortant Oskar Freysinger briguera un nouveau mandat.

Un colistier du Haut-Valais n'est pas exclu. "Nous communiquerons après la décision du PS d'ouvrir ou non sa liste", a indiqué à l'ats Jérôme Desmeules, co-président de l'UDC du Valais romand.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS