Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Elton John a relancé cette semaine les attaques contre la décision du nouveau syndic de Venise, Luigi Brugnaro (centre-droit), de bannir des livres pour enfants jugés subversifs des écoles de la cité lacustre. L'édile a répliqué en dénonçant "l'arrogance des riches".

"La belle Venise est vraiment en train de couler, mais pas aussi vite que ce bigot ennuyeux de Brugnaro", a écrit sur Instagram le chanteur britannique, qui a deux enfants avec son mari David Furnish et possède une maison à Venise.

Elu le 15 juin après 30 ans d'hégémonie de la gauche à Venise, M. Brugnaro avait ordonné début juillet le retrait des bibliothèques scolaires des 49 livres ajoutés par l'équipe municipale précédente, dont certains portant sur l'homoparentalité.

Marathon de lectures publiques

En réaction, des associations avaient lancé un marathon de lectures publiques pour faire connaître ces 49 livres en 49 jours, et plusieurs bibliothèques du pays les ont mis à l'honneur sur des présentoirs proclamant: "Livres à l'index, soyez rebelles, lisez-les".

Après un examen plus approfondi, le nouveau maire avait accepté le retour d'ouvrages comme "La petite casserole d'Anatole", sur le thème du handicap, ou l'intemporel "Petit-bleu et petit-jaune" sur l'amitié et la différence.

Mais les livres abordant l'homoparentalité comme "Le grand livre des familles", "Jean a deux mamans" ou encore "Piccolo Uovo" restent bannis, conformément à une promesse électorale du maire, qui estime que "ce sont les parents qui doivent éduquer les enfants sur ces choses, pas l'école".

"L'arrogance des riches"

"Cher riche Elton John, vous m'insultez pour soutenir votre point de vue mais je pense que vous ne représentez que l'arrogance des riches qui peuvent tout se permettre", a réagi M. Brugnaro mardi sur Twitter.

"Cher riche Elton John, vous qui aimez tant ma ville, au point de vous y acheter une maison, quelles ressources avez-vous jamais offertes pour sauver Venise ?", a-t-il ajouté.

Le nouveau maire a assuré n'avoir rien contre les personnes homosexuelles, mais il a attisé la polémique en mettant en exergue sur son compte Twitter la photo d'une affiche de concert du chanteur Mika frappée d'un tag homophobe, une affaire qui a fait grand bruit ces dernières semaines en Italie.

ATS