Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Basketball - Avec trois matches et autant de victoires, les Lions de Genève ont entamé la saison de la meilleure des manières.
Premier gros test pour Vladimir Buscaglia et ses coéquipiers, samedi au Pommier (17h30) contre Fribourg Olympic.
"Cela devait arriver tôt ou tard, et je suis sûr que ce sera aussi bizarre pour eux que pour moi": après 3 saisons passées sous les couleurs d'Olympic, Buscaglia retrouvera ses anciens coéquipiers lors du choc de la 5e journée de LNA. "Je les connais bien, je sais comment ils vont préparer leur match, explique le joueur genevois. Ils ont un très gros collectif et ils sont forcément l'équipe à battre au premier tour."
Samedi, au Pommier, les Lions accueilleront leur adversaire dans la peau du leader. Mauvaise nouvelle puisque Fribourg a battu et destitué successivement Lugano et Monthey de leur trône lors des deux dernières journées. "Nous le savons, mais cela reste de la théorie, objecte le capitaine de l'équipe de Suisse. Nous ferons tout pour que cette tendance ne se répète pas."
Seules équipes encore invaincues, les deux formations auront à coeur de poursuivre leur sans-faute. "Nous voulons être l'équipe qui n'a pas encore perdu au terme du match de samedi, explique Buscaglia. Le fait de jouer chez nous est un avantage."
Toutefois, une victoire contre Fribourg serait avant tout synonyme de signal important pour les Lions: "Après Fribourg, nous pourrons nous juger et nous saurons vraiment qui nous sommes", indique l'international suisse.
Victime des restrictions budgétaires de Fribourg, l'ailier des Lions revient sur son transfert: "J'avais été approché par Genève depuis quelque temps déjà. Fribourg ne pouvait plus m'offrir le même salaire qu'auparavant et donc me voilà. Là je retrouve mon Genève, le Genève que je connais. Un club avec beaucoup d'ambition qui vise à se professionnaliser."
Un choix qui donne indiscutablement le sourire au capitaine des Lions: "A Fribourg, il y avait une salle et des infrastructures magnifiques, mais à Genève il y a la famille et les amis qui viennent aux matches".

ATS