Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Hockey sur glace - Cela faisait treize ans que Fribourg Gottéron n'avait plus été autant à la fête. En 1998, ils étaient emmenés par un certain Slava Bykov.
Le 3 février 1998, Gottéron régnait pour la dernière fois sur la Ligue nationale A. Le club de St-Léonard était alors emmené pour une ultime saison par Slava Bykov, qui allait ensuite terminer sa carrière de joueur au Lausanne HC. Aujourd'hui, le meilleur pointeur (19 points, à égalité avec Julien Sprunger) de Fribourg et le deuxième de Ligue nationale A a le même patronyme, mais il s'agit du fils de l'ancien entraîneur de la "Sbornaja".
Andrei Bykov, quatre buts et quinze assists au compteur en seize rencontres, connaît un début d'exercice canon, bien loin des doutes qui avaient submergé son club lors de la fin de saison dernière. Une levée 2010/2011 bouclée en queue de poisson, à la suite de la gifle administrée par Davos en quart de finale des play-off (4-0 dans la série). Cristobal Huet, Julien Sprunger et compagnie étaient alors sortis par la petite porte et sous les sifflets des fans fribourgeois.
"C'est vrai, on devait ça au public, a concédé Andrei Bykov. C'est une petite revanche". Décriée en février dernier, la ligne qu'il compose aux côtés de Sprunger (12 buts et 7 assists) et de Benjamin Plüss (5 buts et 10 assists) fait feu de tous bois cette saison. "Les arrivées de Christian Dubé et de Simon Gamache focalisent un peu plus l'attention des adversaires, mais désormais nous avons quatre blocs capables de marquer et ce n'est pas évident pour ceux d'en face", s'est-il félicité.
"On ne l'a peut-être pas crié sur les toits, mais cette première place faisait partie de nos objectifs. Samedi, à Lugano, on jouait pour prendre la tête et franchement, c'était cool de passer un dimanche dans cette position", a souri l'international helvétique. "Maintenant, c'est une pression supplémentaire d'essayer de conserver ce rang. On a travaillé dur pour en arriver là, mais ce n'est pas ça le but, ce n'est qu'une étape. Le plus dur est devant nous, car nous sommes désormais l'équipe à battre. Tout le monde veut être la première formation à casser notre série."

ATS