Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les nageurs américains Ryan Lochte et James Feigen ont été désignés pénalement comme "auteurs de dénonciation mensongère d'un délit",

Avec deux autres coéquipiers, ils avaient prétendu avoir été victimes d'un braquage par des faux policiers en marge des JO de Rio, a indiqué la police brésilienne. Feigen, accompagné de ses avocats, a été présenté seul jeudi soir à la juge en charge du dossier, Lochte ayant déjà quitté le pays.

"A l'Audience, le nageur a accepté la transaction pénale, qui a été homologuée par la juge moyennant le versement d'une amende de 35'000 réais (10'000 francs) à une institution caritative", a précisé la police. Il ne fait donc plus l'objet de poursuites.

Avant cette audience judiciaire, la police avait indiqué que le FBI suivait l'affaire et qu'au cas où des charges pénales devaient être retenues contre Lochte, ce dernier pourrait être le cas échéant interrogé par un juge américain sur commission rogatoire brésilienne.

Lochte a fait amende honorable vendredi sur son compte Twitter: "Je voudrais m'excuser pour mon comportement la semaine dernière, pour ne pas avoir fait plus attention et ne pas avoir été plus franc dans la manière dont j'ai raconté les événements qui se sont produits ce matin-là".

Les deux autres nageurs impliqués dans cette rocambolesque affaire de fausse agression, John Conger et Gunnar Bentz, ont été autorisés jeudi soir à quitter le Brésil après avoir présenté aux enquêteurs une version des événements plus conforme à la réalité. Leurs passeports "ont été restitués après autorisation judiciaire", aucune charge n'étant retenue contre eux, a indiqué la police.

Nuit alcoolisée

Les nageurs américains avaient affirmé avoir été victimes d'une agression à main armée par des faux policiers dimanche dernier à l'aube à Rio au sortir d'une fête arrosée. Mais l'enquête a déterminé qu'ils avaient menti et avaient en réalité été impliqués dans une altercation avec les vigiles d'une station services où ils avaient saccagé les toilettes sous l'emprise de l'alcool.

"Concernant les nageurs, je confesse que je n'éprouve que peine et mépris", a commenté vendredi le maire de Rio de Janeiro, Eduardo Paes, interrogé par des journalistes.

"C'est une peine pour eux d'avoir ce genre de failles de caractère, mais je pense que c'est leur problème et celui du Comité olympique américain de décider ce qui doit être fait", a-t-il ajouté.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS