Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Basketball - Les représentants des joueurs ont rejeté la dernière proposition de la NBA pour sortir du lock-out.
Cette décision qui met fin à tout espoir de voir le Championnat débuter en décembre et met en péril la saison dans son ensemble.
"Les joueurs sentent qu'ils ne sont pas prêts à accepter un quelconque ultimatum", a déclaré le président du syndicat Billy Hunter, s'insurgeant contre une offre "extrêmement injuste". Le syndicat a en outre décidé de modifier sa structure juridique, afin d'intenter à titre collectif un procès à la NBA pour abus de position dominante, sur la base de la loi anti-trust.
Les trente représentants des joueurs, un par franchise NBA, étaient réunis lundi à New York à l'initiative de leur syndicat pour étudier la dernière proposition de la NBA, qui leur avait été transmise vendredi. Si les joueurs avaient accepté cette proposition, la saison, limitée à 72 matches par équipe au lieu de 82, aurait pu débuter à partir du 15 décembre. Cette perspective est désormais caduque et c'est l'ensemble de la saison qui est en danger.
Seul le premier mois de compétition (221 matches au total) a pour l'instant été annulé à cause de ce conflit financier qui porte principalement sur les modalités de plafonnement de la masse salariale des clubs (salary cap) et le partage des quelque quatre milliards de dollars de revenus annuels.
La dernière proposition de la NBA incluait un partage à 50-50 de ces revenus ainsi que quelques concessions mineures sur la structure du salary cap.
Si la saison devait être annulée dans son intégralité, cela signifierait que les joueurs NBA évoluant actuellement en Europe, comme Tony Parker ou Nicolas Batum en France, y resteraient et que d'autres grands noms de la Ligue américaine les rejoindraient.

ATS