Toute l'actu en bref

Les Neuchâtelois votent sur l'avenir de leurs hôpitaux (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Les Suisses ne votent pas qu'au plan fédéral ce dimanche. Les Vaudois se prononcent sur le logement, les Neuchâtelois sur leurs hôpitaux. Aux Grisons, la population dira si elle veut des Jeux olympiques en 2026.

Dans le canton de Vaud, les citoyens votent sur la nouvelle loi cantonale en faveur de logements à loyer abordable, visant à lutter contre la pénurie. Le texte est issu d'un compromis accepté par quasi toutes les forces politiques et soutenu par le Conseil d'Etat.

La loi est combattue via un référendum lancé par les milieux immobiliers, le patronat ainsi que des membres du PLR et de l'UDC. Ils dénoncent une bureaucratie excessive et des atteintes à la propriété.

Deux hôpitaux?

A Neuchâtel, rarement un objet de votation n'aura suscité autant de passion. Les citoyens doivent trancher entre deux modèles: un site unique de soins aigus à Neuchâtel et un centre de réadaptation à La Chaux-de-Fonds, comme le propose le Conseil d'Etat. Ou alors le maintien de deux hôpitaux avec des soins aigus dans le Haut et le Bas du canton, prévu par une initiative.

Le canton est divisé entre le Bas et le Haut, une scission qui se dessine aussi au sein des sections des partis politiques. Les autorités de La Chaux-de-Fonds et du Locle soutiennent l'initiative.

Jeux Olympiques?

De leur côté, les citoyens des Grisons sont appelés aux urnes pour se prononcer pour la deuxième fois en quatre ans sur l'organisation des Jeux olympiques d'hiver. En 2013, les Grisons avaient refusé par 53% une candidature pour les compétitions de 2022. Cette fois, il s'agit des JO de 2026.

En concurrence avec celui de Sion, le projet a été lancé par les milieux économiques grisons, puis soutenu par le gouvernement et le parlement. Parmi les grandes formations politiques cantonales, seul le PS se range dans les opposants. Les JO se dérouleraient sur plusieurs régions, dont la ville de Zurich, qui n'est pas enthousiaste.

Plan d'études

Plus au nord, l'Argovie se prononce sur l'école. Une initiative populaire veut empêcher l'introduction du nouveau plan d'études scolaires alémanique "Lehrplan 21". Une seule langue étrangère serait enseignée à l'école primaire. Le texte ne précise pas laquelle. Le comité d'initiative se compose d'enseignants et des représentants de l'UDC, du PLR ainsi que des Evangélistes.

Le gouvernement, le Parlement et un large comité de partis et de la société civile recommandent le non. Ils mettent tous en garde contre le risque d'isolement du canton en matière d'éducation.

Les Argoviens se prononcent sur quatre autres objets. Thurgoviens, Bâlois de la Ville, Schwyzois et Tessinois se rendent aussi aux urnes pour des objets cantonaux.

ATS

 Toute l'actu en bref