Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Logitech a vu son bénéfice net chuter de plus de moitié au 2e trimestre de l'exercice 2011/12, à 17,4 millions de dollars (15,3 millions de francs) contre 41,2 millions il y a un an. Mais le fabricant vaudois de périphériques informatiques attend une amélioration.

La performance constitue néanmoins une amélioration par rapport à la perte de 29,6 millions de dollars essuyée lors du trimestre précédent. Le 1er semestre, qui couvre la période allant d'avril à fin septembre, boucle ainsi sur une perte nette de 12,2 millions (bénéfice de 60,7 millions il y a un an), a indiqué jeudi Logitech.

Le chiffre d'affaires a pour sa part augmenté de 1% (-2% en monnaies locales) au 2e trimestre sur un an à 589,2 millions de dollars. Au 1er trimestre 2011/2012, il avait stagné à 480,4 millions. Sur le semestre, les ventes sont demeurées pratiquement inchangées pour s'inscrire à 1,07 milliard.

Croissance asiatique

Les ventes dans le commerce de détail ont crû de 2% entre juillet et fin septembre pour se fixer à 501,7 millions de dollars. L'évolution a été soutenue par la croissance en provenance des marchés asiatiques (+22%), mais pénalisée par le recul de 1% pour les Amériques et la région Europe, Moyen-Orient et Afrique.

La performance d'ensemble apparaît conforme aux attentes formulées par l'entreprise basée à Romanel-sur-Morges et à Fremont (Californie). Elle est en ligne avec l'annonce de prévisions émise le 22 septembre, a relevé Guerrino De Luca, président du conseil d'administration et directeur général par intérim.

Meilleur 2e semestre attendu

En ce qui concerne le deuxième semestre, qui s'achèvera fin mars prochain, Logitech fait part d'optimisme. Guerrino De Luca, qui aura 60 ans l'an prochain, compte beaucoup sur les initiatives prises pour relancer l'activité du groupe. Selon lui, elles devraient commencer à porter leurs fruits.

Logitech va par ailleurs adapter le programme de rachat d'actions de 250 millions de dollars en cours afin d'en permettre d'autres à l'avenir. Cette adaptation doit encore être avalisée par les autorités concernées.

ATS