Toute l'actu en bref

La Kényane Mary Keitany a réalisé le deuxième chrono de l'histoire en dominant le marathon de Londres en 2h17'01, tandis que la Bernoise Maja Neuenschwander a abandonné.

La course féminine, partie trois quarts d'heure avant celle des hommes, a donné lieu à une démonstration comme on n'en avait plus vu depuis longtemps. Précisément depuis 2003 et le record du monde, à Londres déjà, de Paula Radcliffe (2h15'25).

La Britannique avait alors pu courir parmi les hommes, les pelotons n'étant pas séparés à l'époque. Keitany (35 ans), elle, a couru seule, hormis l'accompagnement de sa meneuse d'allure sur moins de 20 km. Sa performance n'en prend que plus de valeur, d'autant que la Kényane n'a pas craqué malgré une première partie de course ultrarapide, qui l'a vu cavaler bien en deçà des temps de passage du record du monde. Elle s'impose pour la troisième fois à Londres, après 2011 et 2012, elle qui est par ailleurs triple tenante du titre à New York. Jamais auparavant une femme n'était allée aussi vite dans un peloton uniquement féminin.

Deuxième, Tirunesh Dibaba est elle aussi passée sous les 2h18' (2h17'56) et a montré, en tant que quasi-néophyte sur la distance, qu'elle a un avenir sur macadam peut-être aussi doré que sur piste. L'Ethiopienne est triple championne olympique sur 5000 et 10'000 m.

Maja Neuenschwander espérait battre son record de Suisse (2h26'49) et terminer dans le top 10. Mais la Bernoise a abandonné entre le 15e et le 20e km, victime de douleurs musculaires au dos. C'est la première fois que la no 3 européenne de l'an dernier jette l'éponge lors d'un marathon, en 21 participations.

La course masculine semblait promise à Kenenisa Bekele. Mais celui qui passe pour le meilleur coureur de fond tous les temps a été devancé par un nouveau venu, Daniel Wanjiru, qui a mieux géré son effort et gardé des ressources après un départ suicidaire de la tête de course (14'11 pour les 5 premiers kilomètres). Wanjiru (24 ans) était surtout connu comme un semi-marathonien hors pair mais il avait marqué les esprits l'automne dernier en gagnant le marathon d'Amsterdam en 2h05'21. Bekele (2e en 2h05'57) est revenu très fort sur les derniers kilomètres mais Wanjiru a tenu.

En fauteuil roulant, le Soleuroise Manuela Schär a fêté une nouvelle victoire, six jours seulement après son succès à Boston. Elle a fini en solitaire en un peu plus de 1h40' pour remporter son troisième grand succès après Berlin en 2016 et, donc, Boston. Le Thurgovien Marcel Hug, irrésistible ces derniers mois, a cette fois été battu au sprint pour la victoire par le Britannique David Weir.

ATS

 Toute l'actu en bref