Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un Kirui succède à un autre. Six ans après le dernier des deux sacres mondiaux d'Abel Kirui sur marathon, Geoffrey Kirui a apporté au Kenya un nouveau titre sur la distance des 42,195 km, à Londres.

L'ancien "pistard" de 24 ans s'est imposé à l'usure devant l'Ethiopien Tamirat Tola.

Geoffrey Kirui est relativement nouveau sur la distance. Il fut médaillé de bronze aux Mondiaux juniors sur 10'000 m en 2012 avant de se lancer sur la route, plus lucrative. En début d'année, il a remporté le marathon de Chicago, l'occasion alors pour son coach, l'expert italien Renato Canova, de lui prédire un grand avenir. "Geoffrey s'entraîne très peu par rapport aux autres marathoniens, environ 70-80 miles (120 km) par semaine", avait déclaré Canova.

Visiblement, Kirui - un patronyme répandu au Kenya - s'est mis à bosser plus. Il s'est imposé dimanche en 2h08'27, après avoir repris Tola qui avait été le premier à s'échapper, jusqu'à compter une vingtaine de mètres d'avance. Mais sur les sept derniers kilomètres, Kirui s'est montré irrésistible, devant un public considérable, au centre ville, avec départ et arrivée à Tower Bridge. Il conquiert la 5e médaille d'or mondiale de l'histoire sur marathon pour le Kenya. Les deux titres précédents avaient été remportés par Abel Kirui, en 2009 et 2011.

L'Ethiopie, elle, attend toujours sa deuxième médaille d'or sur la distance. Tola a longtemps paru en mesure de la lui apporter, mais il a calé sur la fin et peut s'estimer heureux avec l'argent (2h09'49). Il a préservé de justesse, pour 2'', sa 2e place devant le Tanzanien Alphonce Simbu, 3e. Le Britannique Callum Hawkins a pris une 4e place pas du tout passée inaperçue. C'est le meilleur résultat de tous les temps pour un représentant du Royaume-Uni sur marathon.

ATS