Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plumes et paillettes ont envahi les rues de Notting Hill dimanche à Londres, en Grande-Bretagne, au lancement de son célèbre carnaval, considéré comme la plus grande manifestation de rue en Europe. La culture caribéenne est à l'honneur pendant deux jours.

Les perruques rose vif d'acrobates montés sur des échasses, les coiffes à plumes et les costumes éclatants des danseurs ont pris d'assaut les rues de ce quartier de l'ouest de la capitale, habité à la fin des années 1950 par les immigrants des Caraïbes.

Les organisateurs attendent près d'un million de personnes pour ce carnaval de deux jours, qui réunit des centaines de participants issus de la communauté afro-caribéenne et originaires, notamment, de la Jamaïque, de Trinidad-et-Tobago ou de La Barbade.

Dimanche, la première journée des festivités a été marquée par le traditionnel défilé des enfants, avant la grande parade de lundi, jour férié en Angleterre et point d'orgue du carnaval. Des orages sont annoncés pour le cortège qui suit un parcours de près de 5 kilomètres au rythme de 60 groupes de musique et danseurs vêtus de costumes exotiques.

Plus de 200 arrestations

Le carnaval est aussi connu pour ses quelques agressions et vols isolés. La police a indiqué avoir procédé dimanche à 92 arrestations, notamment pour vols et agressions. Dans le cadre d'une "opération de lutte contre les gangs, les trafiquants de drogue et tout autre délit pouvant impacter le carnaval", 143 personnes avaient déjà été appréhendées cette semaine.

Plus de 6000 policiers ont été déployés dimanche et plus de 7000 seront mobilisés lundi pour la journée des adultes qui suscite généralement plus de perturbations.

Le carnaval de Notting Hill a été fondé au début des années 1960, dans la foulée de violentes émeutes raciales dans ce quartier londonien au cours desquelles des Blancs et des immigrés des Caraïbes s'étaient affrontés.

ATS