Toute l'actu en bref

La Première ministre britannique Theresa May écrira à l'Union européenne le 29 mars pour formellement annoncer la volonté du Royaume-Uni de sortir de l'UE (archives).

KEYSTONE/AP/GEERT VANDEN WIJNGAERT

(sda-ats)

Le gouvernement britannique de Theresa May activera l'article 50 du traité de Lisbonne le 29 mars. Cette décision déclenchera un compte à rebours de deux ans pour trouver un accord sur ce Brexit.

La Première ministre britannique Theresa May écrira à l'Union européenne pour formellement annoncer la volonté du Royaume-Uni de sortir de l'UE, a déclaré un porte-parole de Downing Street. "Nous voulons que les négociations commencent rapidement", a-t-il ajouté.

Le 23 juin, "les Britanniques ont pris la décision historique de quitter l'UE. Mercredi prochain, le gouvernement va mettre en application cette décision et lancer formellement le processus pour activer l'article 50", a indiqué dans un communiqué le ministre en charge du Brexit David Davis.

Parlant de "la négociation la plus importante pour ce pays depuis une génération", il a ajouté que le gouvernement était "clair sur ses objectifs: un accord qui fonctionne pour toutes les nations et régions du Royaume-Uni et bien sûr pour l'ensemble de l'Europe, un nouveau partenariat positif entre le Royaume-Uni et nos amis et alliés au sein de l'Union européenne".

L'UE est "prête"

A Bruxelles, un porte-parole de l'Union européenne a indiqué que "tout était prêt" pour cette activation de l'article 50. "Nous attendons désormais la lettre" des autorités britanniques, a-t-il précisé.

D'ici la fin de la semaine prochaine, après avoir reçu la lettre de Theresa May, le président du Conseil européen Donald Tusk devrait distribuer aux gouvernements des 27 pays membres restants un document exposant les grandes lignes directrices des négociations qui seront menées avec Londres.

Donald Tusk convoquera également les 27 dirigeants des pays membres pour un sommet, probablement début mai, destiné à entériner ces lignes directrices.

Une fois celles-ci validées, et donnant ainsi mandat à la Commission européenne pour conduire les négociations, le négociateur européen chargé du Brexit, le Français Michel Barnier, devrait pouvoir entamer les discussions avec son homologue britannique, David Davis.

ATS

 Toute l'actu en bref