Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les négociations sur l'accord de sortie, préalable au démarrage des négociations commerciales, sont en progrès, a affirmé Theresa May.

KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN

(sda-ats)

La Première ministre britannique Theresa May a affirmé mercredi que Londres et Bruxelles étaient "sur le point" de passer à la seconde phase des négociations sur le Brexit. Il s'agit de la future relation commerciale entre son pays et l'Union européenne.

Les négociations sur l'accord de sortie, préalable au démarrage des négociations commerciales, "sont en progrès, de très bons progrès ont été réalisés", a affirmé Mme May devant les députés britanniques. "Nous sommes sur le point de passer à la prochaine phase", a-t-elle ajouté, deux jours après avoir échoué à convaincre son allié le petit parti unioniste nord-irlandais DUP de donner son aval à un projet d'accord qui semblait imminent.

Ce projet prévoyait un rapprochement des réglementations de la province britannique d'Irlande du Nord avec celles de sa voisine la République d'Irlande après le Brexit, afin d'éviter la réintroduction d'une frontière physique pour contrôler les mouvements des biens et des personnes, selon des fuites dans les médias.

Inacceptable pour la cheffe du DUP Arlene Foster, qui a affirmé que jamais son parti n'approuverait "une situation où l'Irlande du Nord serait différente du reste du Royaume-Uni".

Nouvelle rencontre avec Juncker

Mercredi, Mme May a affirmé que son gouvernement travaillait à une solution qui éviterait la réinstauration d'un frontière physique sur l'île d'Irlande "tout en respectant l'intégrité du Royaume-Uni et protégeant le marché national britannique". "Nous entendons obtenir cela dans le cadre d'un accord commercial global entre le Royaume-Uni et l'Union européenne et nous ne serons capables de le faire qu'au cours de la phase 2" des négociations, a-t-elle dit.

Mme May a aussi réaffirmé que son pays quitterait l'union douanière et le marché unique, qui permettent la libre circulation des biens, services et personnes entre les pays de l'UE.

Alors que Mme May a prévu de parler à Arlene Foster pour débloquer la situation, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, également optimiste sur la possibilité d'un accord sur les termes du divorce, a indiqué qu'il rencontrerait la Première ministre britannique à nouveau cette semaine. Ils s'étaient déjà vus lundi et avaient initialement prévu d'annoncer un accord.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS