Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ministère britannique de l'Intérieur a présenté vendredi ses excuses à l'artiste dissident chinois Ai Weiwei. Il lui a attribué un visa de six mois, revenant sur une précédente décision de lui octroyer un visa d'un mois.

"Nous avons écrit à M. Ai en nous excusant pour la gêne occasionnée", a expliqué le ministère dans un bref communiqué. Il a souligné que la ministre de l'Intérieur Theresa May lui avait finalement octroyé un visa d'entrée au Royaume-Uni de six mois.

"La ministre de l'Intérieur n'avait pas été consultée concernant la décision de délivrer un visa d'un mois à M. Ai. Elle a réétudié ce cas et a maintenant ordonné aux responsables de son ministère d'octroyer un visa de six mois" à l'artiste chinois, a-t-il ajouté.

Jeudi soir, un porte-parole du ministère britannique de l'Intérieur, interrogé par l'AFP, avait assuré que l'artiste pouvait se rendre au Royaume-Uni "pendant toute la durée du séjour qu'il a sollicitée", sans plus de précisions.

Critique du régime

Artiste polyvalent, peintre, sculpteur et plasticien, Ai Weiwei est aussi un critique féroce du régime communiste chinois. Même si le climat de confrontation a semblé s'apaiser ces derniers mois.

L'artiste avait affirmé que le Royaume-Uni avait refusé de lui délivrer un visa de six mois, le limitant à trois semaines. Il aurait oublié de faire état dans sa demande d'une condamnation en justice que l'artiste conteste.

Le plus célèbre des artistes chinois est arrivé jeudi en Allemagne, pays qui lui a délivré un visa de quatre ans à entrées multiples, pour son premier voyage à l'étranger après avoir été privé par les autorités chinoises de son passeport pendant quatre années.

ATS