Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le groupe bâlois Lonza publie des résultats décevants pour 2011. Le fabricant de substances chimiques et biotechnologiques, avide de rendements supérieurs suite aux investissements consentis ces dernières années, évince le directeur général Stefan Borgas.

"Un CEO a la responsabilité de répondre aux attentes", a dit le président de Lonza, Rolf Soiron, mercredi en conférence téléphonique. "Nous avons promis d'accroître le rendement du capital investi", a-t-il rappelé. "Le rendement n'est pourtant pas encore là."

Le conseil d'administration examinera des candidatures internes et externes. Rolf Soiron coordonnera la direction dans l'intervalle.

L'an passé, le bénéfice net a chuté de 45,8% à 154 millions de francs. Le chiffre d'affaires a presque stagné par rapport à l'exercice précédent, à 2,69 milliards (+0,4%).

Impact des devises

Sans prendre en compte l'acquisition majeure de la firme américaine Arch Chemicals, le résultat net est en baisse de presque un tiers. Les ventes avant rachat sont en recul de 6,5%, mais elles affichent une progression de 5,6% en exceptant les effets des taux de change.

Ainsi, ni la possession de ce spécialiste du contrôle microbien aux Etats-Unis, ni la hausse du temps de travail des employés de Lonza en Suisse pour contrer la force du franc, n'ont pour l'instant enrayé l'affaiblissement de la rentabilité.

Outre le facteur monétaire, les comptes ont souffert de prix des matières premières élevés et volatils.

Synergies en vue

Le groupe, dont le principal site de production se trouve à Viège (VS), ajoute qu'il compte renforcer cette évolution par des synergies issues de cette acquisition ainsi que par des mesures pour améliorer la productivité - et ce, "en particulier en Suisse".

Ces nouvelles ont provoqué une vigoureuse réaction à la Bourse suisse. L'action a dégringolé, représentant largement la lanterne rouge du Swiss Leaders Index (SLI): elle a lâché plus de 12% en matinée, alors que l'indice ne refluait que légèrement.

ATS