Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les loups doivent pouvoir être abattus lorsque les meutes présentent un danger pour les troupeaux. Par 151 voix contre 17 et 21 abstentions, le National a transmis jeudi une motion du Conseil des Etats. Le gouvernement s'est aussi dit prêt à légiférer en ce sens.

Après ce feu vert du Parlement, il s'attellera donc sans tarder à une révision de la loi sur la chasse. La législation actuelle classe le loup parmi les espèces protégées. Mais elle autorise les cantons, moyennant l’assentiment de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), à prévoir le tir d’animaux protégés si la sauvegarde des biotopes ou le maintien de la diversité des espèces l’exige.

L'ordonnance précise que le loup peut être abattu en cas d'importants dommages aux animaux de rente, de pertes sévères dans les contingents pour les chasseurs ou de menace considérable pour l'être humain.

Mieux réguler

Pour l'auteur de la motion Stefan Engler (PDC/GR), les méthodes appliquées jusqu'ici ne suffisent pas à résoudre les conflits à venir et réguler la population de loups.

Selon lui, il doit être possible de tirer le canidé dans une région où rôdent des meutes causant des dommages aux troupeaux et compromettant la bonne répartition de la faune sauvage, la sécurité publique ou l'exploitation touristique. Le Grison évoque une régulation des animaux osant s'approcher de pâturages suffisamment protégés ou étant de moins en moins craintifs à l'égard de l'homme.

Il s'agit d'un compromis judicieux et acceptable, a expliqué Silva Semadeni (PS/GR) au nom de la commission. On peut gérer les effectifs sans faire disparaître le loup de Suisse.

Abattre des jeunes loups

Une autre révision est déjà sur les rails: dès juin, les jeunes animaux des régions où vivent des meutes devraient pouvoir être abattus, sur décision des cantons. Avant d'être tiré, le canidé devra à plusieurs reprises s'être approché d'une agglomération sans vraiment craindre l'homme. L'OFEV a lancé mi-janvier et jusqu'au 16 mars une consultation sur la révision de l'ordonnance sur la chasse.

En ligne de mire notamment, les jeunes canidés trop téméraires qui s'approchent régulièrement des agglomérations sans se montrer suffisamment farouches. Plusieurs cas ont été recensés récemment. En juin dernier, un jeune prédateur avait été écrasé par un train dans l'agglomération zurichoise, et en octobre, un autre avait tué un mouton dans un enclos à proximité d'habitations en Valais.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS