Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après Lucien Favre et Bernard Challandes, le FC Zurich remet à nouveau son destin entre les mains d'un entraîneur romand. Il revient à Ludovic Magnin de redresser la barre du club du Letzigrund.

"Diriger une équipe qui occupe la troisième place du championnat et qui est demi-finaliste de la Coupe de Suisse ne me fait pas peur. C'est plutôt un beau cadeau que l'on me fait." Intronisé mardi à la tête de la première équipe à la place d'Uli Forte, Ludovic Magnin s'attaque à sa nouvelle vie avec voracité après avoir fourbi ses armes avec l'équipe des M21. Il sera plongé d'entrée dans le grand bain avec une double confrontation face aux Grasshoppers en championnat et en Coupe suivie d'un duel de prestige contre le FC Bâle.

"Nous jouerons avec audace, promet l'ancien défenseur international. L'équipe doit être très flexible. Elle doit être capable de passer d'un système à un autre en cours de match. L'entraîneur adverse ne doit pas savoir ce qui peut l'attendre avant d'affronter mon équipe."

Une équipe devenue trop "prévisible"

Ancillo Canepa a dû apprécier ces propos lors de la présentation officielle de son nouvel entraîneur. Le président du FCZ avait déploré que son équipe était devenue ces derniers mois bien trop "prévisible". "Nous avons espéré qu'Uli Forte soit capable de redonner de l'allant à l'équipe lors de la préparation hivernale, explique Ancillo Canepa. Les trois premiers matches après la trêve n'ont pas répondu à nos attentes. Je crois que le temps était venu de changer d'entraîneur. Le timing est parfait dans la mesure où notre position au classement nous met à l'abri de toute pression négative."

"Je suis très fier de pouvoir entraîner à bientôt 39 ans une telle équipe, avoue Ludovic Magnin. Cela fait huit ans que je suis revenu en Suisse et que j'oeuvre au sein du FC Zurich. Les dirigeants m'ont vu travailler, m'ont vu grandir, m'ont vu m'améliorer, m'ont vu aussi commettre des erreurs. Nous avions une sorte de projet en commun". Un projet a pris depuis mardi la tournure dont rêvait sans doute l'ancien joueur du Werder Brême et du VfB Stuttgart.

Ludovic Magnin revendique bien sûr sa filiation avec Lucien Favre, l'entraîneur qui l'a révélé à Yverdon il y a bientôt 20 ans. "Lucien est actuellement à Moscou avec Nice pour l'Europa League. Je l'ai eu au téléphone mardi, explique Ludovic Magnin. Il est comme un deuxième père pour moi." Il reste à espérer que le nouvel entraîneur du FCZ connaîtra le même succès au Letzigrund que Lucien Favre qui a gagné deux titres et une Coupe de Suisse à la tête du FCZ.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS