Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Brasilia - Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a annoncé jeudi un plan national de 200 millions de dollars pour lutter contre une sorte de crack dont la consommation est en forte hausse dans le pays. Ce dérivé bon marché de la cocaïne a des effets dévastateurs.
"Nous n'allons pas permettre qu'une génération de jeunes gâchent un avenir de plus en plus prometteur", a déclaré Lula lors d'une rencontre avec les maires de tout le pays.
Le chef de l'Etat a annoncé un investissement de 200 millions de dollars. Ce plan impliquera les services de santé, les services sociaux, l'Eglise et diverses organisations sociales.
Selon une étude récente, cette drogue qui favorise l'augmentation de la violence est consommée par 90% des enfants et adultes qui vivent dans les rues de Rio. Au cours des derniers mois, les saisies de ce dérivé sous forme de cailloux qui se fument ont triplé à Rio, d'après l'étude réalisée à la demande du Secrétariat à la Sécurité de Rio.
"Nous savons que ce n'est pas une drogue de riches, c'est une drogue de pauvres utilisée dans les banlieues des grandes villes et dans les petites villes", a dit Lula.
"Ce qui est grave c'est qu'elle tue, qu'elle est bon marché, que chacun peut la prendre et qu'elle a des effets dévastateurs" sur la santé, a ajouté le président. Il a souligné qu'"elle augmente la violence et la délinquance".
Le ministre de la justice, Luiz Paulo Barreto, a indiqué quant à lui que le Brésil allait renforcer la surveillance de ses frontières avec presque tous les pays sud-américains, le Pérou la Bolivie et la Colombie inclus. Le but est de lutter contre le trafic des stupéfiants.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS