Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Même derrière les barreaux, Lula demeure largement en tête des intentions de vote, crédité de plus de 30% par tous les instituts de sondage au premier tour, qui aura lieu le 7 octobre. C'est près du double de ses principaux concurrents (archives).

KEYSTONE/AP/ANDRE PENNER

(sda-ats)

C'est désormais officiel, Lula a été désigné samedi candidat à la présidentielle d'octobre au Brésil par son parti. Il va tenter de briguer un troisième mandat, même s'il est en prison pour corruption depuis avril.

L'officialisation de la candidature de Luiz Inacio Lula da Silva est une façon "d'affronter un système pourri", a affirmé Gleisi Hoffmann, présidente du Parti des Travailleurs (PT, gauche), au moment d'annoncer la désignation de l'ex-président (2003-2010) devant près de 2000 militants survoltés.

Quelques minutes plus tôt, ces militants réunis pour la convention du PT à Sao Paulo arboraient des masques en carton à l'effigie de l'icône de la gauche à la barbe grisonnante en criant "Je suis Lula".

Un message rédigé par Lula depuis sa prison de Curitiba, où il purge une peine de 12 ans et un mois de prison, a été lu sur l'estrade par un acteur. "C'est la première fois en 38 ans que je ne participe pas à cette rencontre nationale de notre parti, mais je sais que je suis présent à travers chacun de vous", disait ce message.

Trois candidats

Cette journée est un "super samedi" électoral, trois candidats de poids étant officiellement nommés par leur parti, un jour avant la date limite des conventions, sortes de grands meetings qui permettent aux formations d'adouber leurs champions devant les militants.

L'écologiste Marina Silva, arrivée en troisième position lors des deux derniers scrutins, a été intronisée par le parti Rede (centre-gauche) à Brasilia, dans une salle peuplée de militants vêtus de t-shirts verts.

Elle s'est présentée à la convention de son parti au côté de son colistier Eduardo Jorge, du Parti Vert (PV), qui avait obtenu seulement 0,61% des voix au premier tour de la présidentielle de 2014. Elle-même avait échoué aux portes du second tour, avec 21,32% et plus de 22 millions de voix.

Toujours dans la capitale, l'ex-gouverneur de Sao Paulo Geraldo Alckmin, principal représentant de l'establishment, a été déclaré officiellement candidat du Parti Social Démocrate Brésilien (PSDB, centre-droit). Alckmin avait déjà eu sa chance en 2006, mais avait été battu au second tour par un Lula en état de grâce.

Cette fois, il a décidé de brasser large, tissant une alliance avec plusieurs partis du centre. L'ex-gouverneur de Sao Paulo a également choisi pour son ticket, en tant que vice-présidente, la sénatrice Ana Amélia Lemos, censée lui permettre d'attirer un électorat plus conservateur qui penche actuellement pour Jair Bolsonaro, sulfureux député d'extrême droite favori du premier tour dans un scénario sans Lula.

Pas de plan B

Mais c'est sur Sao Paulo que sont braqués tous les projecteurs, à la convention du PT, qui fait front derrière Lula. Même derrière les barreaux, il demeure largement en tête des intentions de vote, crédité de plus de 30% par tous les instituts de sondage au premier tour, qui aura lieu le 7 octobre. C'est près du double de ses principaux concurrents.

Bien que le parti se défende de préparer un plan B, en coulisses personne n'ignore que la candidature de Lula sera vraisemblablement invalidée par la justice électorale. Une loi brésilienne intitulée "Ficha limpa" (casier vierge, en portugais) stipule en effet que toute personne condamnée en appel, ce qui est le cas de Lula, devient de fait inéligible.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS