Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La division Mode et Maroquinerie reste la locomotive du groupe avec son mastodonte Louis Vuitton (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Le numéro un mondial du luxe LVMH a franchi la barre des 10 milliards d'euros de ventes réalisées sur un seul trimestre. La croissance du groupe français a été au beau fixe entre juillet et septembre malgré un effet de changes négatif.

Le groupe de Bernard Arnault et ses 70 marques (dont Louis Vuitton, Fendi, Guerlain, Hennessy ou Sephora) a totalisé 10,38 milliards d'euros (11,84 milliards de francs) de chiffre d'affaires au troisième trimestre, selon un communiqué lundi.

"Le troisième trimestre poursuit les tendances enregistrées sur la première partie de l'année", souligne LVMH dans son communiqué lundi, avec un chiffre d'affaires en hausse de 14% sur un an et une croissance organique de 12% - après +13% et +12% lors des deux premiers trimestres de l'année, et +6% pour l'ensemble de l'année 2016.

Les taux de change, en raison de l'appréciation de l'euro, ont cependant pesé, avec "un effet de change négatif de 5%" sur le troisième trimestre, est-il précisé.

Toujours prudent vu le contexte

Au total, sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes atteignent 30,1 milliards d'euros, en hausse de 12%.

"Dans un contexte géopolitique et monétaire incertain", le géant français indique qu'il "continuera de faire preuve de vigilance".

LVMH "poursuivra sa stratégie centrée sur l'innovation et une expansion géographique ciblée dans les marchés les plus porteurs" et "compte sur le dynamisme de ses marques et le talent de ses équipes pour renforcer encore en 2017 son avance sur le marché mondial du luxe", selon le communiqué.

Le quatrième trimestre pourrait cependant s'avérer moins aisé pour LVMH, qui bénéficiait pour la première partie de l'année d'une base de comparaison favorable en raison de l'impact négatif des attentats sur la consommation en Europe en 2016.

Progression limitée pour les Vins

Dans les détails, la division Mode et Maroquinerie reste la locomotive du groupe avec son mastodonte Louis Vuitton: son chiffre d'affaires (un tiers des ventes totales de LVMH) grimpe de 13% en organique, à 3,9 milliards d'euros.

Cette division-phare intègre pour la première fois les performances de la maison Christian Dior Couture, dont le rachat avait été annoncé en avril pour 6,5 milliards d'euros.

Deuxième pilier du groupe, l'activité Distribution sélective (dont Sephora) progresse de 14%, à 3,05 milliards d'euros, tandis que les Vins et Spiritueux est la seule activité à ne pas enregistrer une croissance organique à deux chiffres en raison "des contraintes d'approvisionnement" qui "limitent" sa progression.

Il souligne cependant que les volumes de champagne "sont en hausse de 4% avec une demande particulièrement dynamique en Europe et au Japon". Le cognac Hennessy "réalise une belle performance depuis le début de l'année. La hausse des volumes s'établit à 9% sur les neuf premiers mois de 2017 en dépit d'un recul au troisième trimestre lié aux contraintes d'approvisionnement".

Hausse du secteur horloger

Les Parfums et Cosmétiques, troisième activité du groupe, progressent de 17% sur trois mois, tandis que les Montres et la Joaillerie voient leurs ventes augmenter de 14%.

Le groupe avait signé une nouvelle année record en 2016, avec 37 milliards d'euros de ventes et un bénéfice net frôlant les 4 milliards d'euros.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS