Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'hiver météorologique qui s'achève a été rigoureux notamment en moyenne et en haute montagne. De fortes chutes de neige et une vague de froid ont provoqué des conditions extrêmes. Mais dans l'ensemble, les températures s'inscrivent dans la norme.

Globalement, l'hiver en cours se caractérise par des températures très contrastées, résume MétéoSuisse dans son bulletin climatologique pour l'hiver 2011/12 publié lundi à Berne. Il a été plus "chaud" de 1 degré pour les régions de plaine du Nord des Alpes par comparaison avec la norme établie entre 1961 et 1990.

Excédent thermique

En Valais et au Tessin, l'excédent thermique a été compris entre 0,4 et 0,8 degré. En revanche, en moyenne montagne, cet hiver a été 1 à 1,5 degrés plus froid qu'un "hiver normal". Sur les crêtes, le déficit est moins marqué: entre 0,5 et 1 degré.

Contraste aussi à propos des précipitations (pluie ou neige). Sur le Plateau et dans le Jura, elles ont été similaires à la norme (1961-1990), ou excédentaires jusqu'à 60% selon les endroits. Elles ont été supérieures dans les Alpes (+40 à +120%), en Valais (+30 à +70%) ainsi qu'en Engadine: +10 à 30%. Elles ont été déficitaires au Sud des Alpes, parfois fortement.

Vague de froid

L'hiver restera dans les mémoires pour sa vague de froid, la plus importante depuis 27 ans, signale MétéoSuisse. La Suisse a été frigorifiée du 1er au 14 février.

Les températures sont restées négatives, comprises entre -9 et -10 degrés en Suisse orientale, et entre -6,5 et -9 degrés en suisse romande.

Record de chaleur

Dès la mi-février, inversion de tendance. Le redoux s'est installé à la faveur d'un anticyclone. La température a grimpé jusqu'à 23,3 degrés samedi passé à Locarno-Monti (TI), un record de chaleur pour un mois de février depuis le début des mesures à cet endroit, en 1935.

Sur la plupart des régions du Plateau, l'ensoleillement a été nettement plus élevé (+50%) que la norme établie entre 1961 et 1990.

ATS