Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Poisson-chat denticulé mâle pendant la saison des amours.

Loichot Gregory/UNIGE

(sda-ats)

Les dents poussent toujours sur un os, quel que soit son type, même en l'absence de plaque osseuse. C'est ce qu'ont constaté des chercheurs genevois à l'exemple de certains poissons-chats dont le corps est hérissé de fines dents.

L’apparition des dents chez les premiers vertébrés à mâchoire a permis l’émergence de super-prédateurs capables de mordre, d’agripper et de déchiqueter leurs proies. Chez la plupart des vertébrés actuels, les dents ne se développent que dans la bouche.

"Il existe toutefois de rares exceptions, des animaux chez lesquels des dents existent aussi sur le corps, comme observé sur certaines espèces fossiles. C’est le cas des poissons-chats dits denticulés, qui ont 'réinventé' une dentition corporelle au cours de l’évolution", explique Juan Montoya-Burgos, du Département de génétique et évolution de l’Université de Genève (UNIGE), cité mercredi dans un communiqué de cette dernière.

Remonter dans le temps

Les poissons-chats denticulés n’ont pas d’écailles. Beaucoup d’espèces possèdent une armure de plaques osseuses revêtues de dents fines - pulpe, émail et dentine comprises. Ces dents, capables de régénération, jouent un rôle dans la défense contre les prédateurs, dans les relations entre individus et peuvent s’allonger chez les mâles pendant la période de parade amoureuse.

"Nous avons cherché à savoir comment ces dents extra-orales, appelées odontodes, sont réapparues au cours de l’évolution et comment elles se développent", ajoute Carlos Rivera-Rivera, membre du groupe de recherche genevois.

Les chercheurs ont reconstruit l’histoire évolutive des poissons-chats en comparant certains gènes des différentes familles denticulées à ceux d’autres familles dépourvues d’odontodes, et ont pu ainsi remonter dans le temps.

"Les odontodes sont apparus il y a près de 120 millions d’années chez les denticulés, bien avant l’émergence des plaques osseuses. Celles-ci ne constituent donc pas un prérequis pour activer le développement des dents présentes sur le corps", détaille Juan Montoya-Burgos.

Des nageoires à dents

C’est en analysant les différentes localisations d’odontodes que les scientifiques ont découvert quel était ce prérequis: "Chez les espèces dépourvues de plaques osseuses, ces dents se développent toujours sur une structure osseuse, par exemple sur un rayon de nageoire ossifié. L’os possède donc vraisemblablement un rôle-clé dans l’induction du tissu dentaire", note Carlos Rivera-Rivera.

Les chercheurs tentent désormais de déchiffrer le dialogue moléculaire qui s’établit lors de la formation de l’os et celle de la dent pour permettre à cette dernière de se développer, puis de se régénérer. Il sera également possible d’identifier les gènes liés au développement des odontodes en comparant l’expression des gènes chez les espèces denticulées ou non.

Comprendre les processus permettant le développement et la régénération des dents chez nos ancêtres et nos cousins constitue une première étape pour saisir les mécanismes, tant stimulateurs qu’inhibiteurs, à l’oeuvre chez tous les vertébrés, dont l'humain, note encore l'UNIGE. Ces travaux sont publiés dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS