Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Johann Schneider-Ammann (à gauche) a été chaleureusement reçu par le président israélien Reuven Rivlin.

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Johann Schneider-Ammann a discuté dimanche des conflits au Proche-Orient avec le président israélien Reuven Rivlin. Celui-ci a souligné l'importance de la Suisse en raison de ses mandats de puissance protectrice dans la région, a expliqué le conseiller fédéral.

La Suisse représente les intérêts américains en Iran et défend les intérêts de l’Iran en Arabie saoudite et ceux de l’Arabie saoudite en Iran. M. Rivlin a évoqué ces mandats et "nous a demandé d'aider à pacifier la région", a-t-il ajouté dans un entretien à l'ats.

Le président israélien n'a pas exprimé de demande concrète de bons offices de la Suisse, a précisé le ministre de l'économie. "Il nous a demandé d'aider à rendre le monde plus pacifique. Je lui ai proposé nos bons offices", a-t-il dit.

Durant la guerre en Syrie, l'Iran a accru son influence dans la région et s'est rapproché des frontières de l'Etat hébreu. Ryad tente pour sa part de contrecarrer l'influence iranienne.

Israël a pour sa part tracé une "ligne rouge" de 60 km pour les milices soutenues par Téhéran. L'Etat hébreu s'est toujours tenu à l'écart du conflit qui ravage son voisin, mais il a bombardé à plusieurs reprises des convois d'armes destinées au Hezbollah chiite libanais, soutenu par l'Iran et qui combat au côté du régime de Damas.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS