Toute l'actu en bref

Les partisans d'Emmanuel Macron ont salué l'annonce de la première place de leur champion.

KEYSTONE/AP/THIBAULT CAMUS

(sda-ats)

Emmanuel Macron a estimé que "l'on tourne clairement aujourd'hui une page de la vie politique française", après le premier tour de la présidentielle française. Il a reçu de nombreux soutiens face à Marine Le Pen, qui se pose en garante d'une "alternance fondamentale".

"Les Français ont exprimé leur désir de renouvellement. Notre logique est désormais celle du rassemblement que nous poursuivrons jusqu'aux élections législatives", a déclaré à l'AFP l'ancien ministre de l'Economie, âgé de 39 ans, qui a démissionné en août du gouvernement pour fonder un mouvement politique.

"Nous considérons qu'il est déterminant d'oeuvrer à obtenir la majorité la plus large possible pour procéder au rassemblement de tous les progressistes", a-t-il insisté.

Le candidat d'En Marche! a également souligné, sur "une note plus solennelle" qu'il s'agissait d'une "journée grave, un moment historique pour la France".

Combat contre la mondialisation

Marine Le Pen s'est quant à elle présentée comme l'incarnation d'une "alternance fondamentale", par opposition à Emmanuel Macron. "Vous avez le choix de l'alternance, la vraie", a déclaré la présidente du Front national (FN) à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où elle a attendu les résultats.

Elle a par ailleurs lancé un appel "à tous les patriotes sincères" afin qu'il se rallient à elle avant le 7 mai. "Les Français doivent saisir l'opportunité historique qui s'ouvre, celui du combat contre la mondialisation", a-t-elle dit.

Faire barrage à Marine Le Pen

C'est la deuxième fois, après la présidentielle de 2002, que le parti d'extrême droite parvient au second tour. Mais l'ancien minstre de l'économie a reçu de nombreux soutiens, notamment de ses anciens adversaires François Fillon (LR) et Benoît Hamon (PS).

"Le Front national (...) a une histoire qui est connue pour sa violence et pour son intolérance. Son programme économique et social mènerait notre pays à la faillite et à ce chaos, il faudrait ajouter le chaos européen avec la sortie de l'euro", a déclaré M. Fillon.

Dans une déclaration devant ses partisans, le candidat socialiste a pour sa part à battre "le plus fortement possible" le Front national au second tour, en votant Emmanuel Macron.

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a lui aussi appelé dimanche à voter pour Emmanuel Macron face à Marine Le Pen. "La présence d"une candidate d"extrême droite au second tour de l"élection présidentielle, 15 ans après le choc d"avril 2002, appelle une position claire et forte de tous les républicains", a-t-il déclaré.

"C"est la raison pour laquelle je les appelle solennellement à voter pour Emmanuel Macron au second tour de l"élection présidentielle pour battre le Front national et faire échec à son projet funeste de régression de la France et de division des Français", a ajouté le chef du gouvernement socialiste.

Ténors républicains contre Le Pen

A droite, plusieurs ténors LR ont appelé au rassemblement derrière le chef d'En Marche! Sur TF1, François Baroin, cité pendant la campagne comme possible Premier ministre de François Fillon, a évoqué un "séisme" et a annoncé qu'il voterait le 7 mai pour M. Macron et que les républicains feraient barrage au Front National et à Marine Le Pen.

L'ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin a quant à lui appelé sur France 2 à se rassembler derrière Emmanuel Macron "sans hésiter". Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, situé très à droite chez Les Républicains, a abondé dans le même sens.

ATS

 Toute l'actu en bref