Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Maike Kohl-Richter, deuxième épouse de l'ancien chancelier (1982-1998), voulait que seuls les invités étrangers puissent prononcer un discours lors d'une cérémonie européenne solennelle prévue le 1er juillet au Parlement européen à Strasbourg en France, affirme l'hebdomadaire der Spiegel.

KEYSTONE/dpa/A3399/_ARNE DEDERT

(sda-ats)

Emmanuel Macron, Angela Merkel et Bill Clinton participeront à la cérémonie en mémoire de l'ex-chancelier allemand Helmut Kohl, pilier de la construction de l'UE, a-t-on annoncé officiellement mercredi à Bruxelles. Cet hommage est prévu le 1er juillet à Strasbourg .

Le chef d'Etat français, la chancelière allemande et l'ex-président américain prononceront chacun un discours, ainsi que les dirigeants des trois institutions de l'UE (Conseil, Commission et Parlement), au cours de cette cérémonie organisée au Parlement européen afin d'honorer la mémoire d'Helmut Kohl.

"Le cercueil de M. Kohl sera exposé en chapelle ardente et sera recouvert du drapeau européen", ont indiqué ces institutions dans un communiqué conjoint.

"Suite à la cérémonie européenne, qui devrait durer environ deux heures, le cercueil sera transporté en Allemagne, où l'ancien chancelier sera enterré après un requiem à la cathédrale de Spire (ouest de l'Allemagne)", précisent-elles.

Ce programme est annoncé alors que, selon les médias allemands, l'organisation des obsèques de M. Kohl suscitent des tensions entre les autorités allemandes et la famille, le magazine Spiegel affirmant même que sa veuve a tenté de s'opposer à un discours d'Angela Merkel à Strasbourg.

Rupture avec l'ancien mentor

Maike Kohl-Richter, deuxième épouse de l'ancien chancelier (1982-1998), voulait que seuls les invités étrangers puissent prononcer un discours lors d'une cérémonie européenne solennelle prévue le 1er juillet au Parlement européen à Strasbourg en France, affirme mercredi l'hebdomadaire der Spiegel.

Angela Merkel, dont Helmut Kohl a lancé la carrière politique en lui confiant des portefeuilles ministériels après la Réunification, avait rompu politiquement avec son ancien mentor lors du scandale des caisses noires de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et pris la direction du parti longtemps dirigé par Kohl en 2000.

Parmi les invités, la veuve du "père de la réunification" allemande souhaitait que le Premier ministre hongrois Viktor Orban, l'un des derniers responsables politiques à s'être entretenu avec Helmut Kohl, et un adversaire de la politique d'accueil des réfugiés d'Angela Merkel, puisse s'exprimer.

Finalement, Maike Kohl-Richter, avertie par des proches que cela provoquerait un scandale, a fini par changer d'avis, poursuit le magazine.

Conflits familiaux

Les médias allemands relèvent d'autres sources de tensions.

Helmut Kohl ne sera ainsi pas enterré dans le caveau familial de Ludwigshafen (ouest) mais dans un cimetière de Spire, proche de la cathédrale de cette ville de Rhénanie-Palatinat, où une cérémonie religieuse est également prévue le 1er juillet, après l'hommage au Parlement européen. Dans le cimetière de Ludwigshafen reposent notamment ses parents et sa première femme, Hannelore qui s'est suicidée en 2001.

Maike Kohl-Richter, de 34 ans sa cadette, est accusée d'avoir poussé Helmut Kohl, très diminué physiquement ces dernières années, à s'éloigner du reste de sa famille et de ses proches, selon la presse.

L'un des deux fils qu'il a eus de son union de 40 ans avec Hannelore, Walter Kohl, a d'ailleurs révélé avoir été averti de la mort de son père à la radio. Il n'avait plus aucun contact avec lui depuis des années, tout comme son frère Peter, et les petits-enfants de l'ancien dirigeant.

ATS