Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Donald Trump et Emmanuel Macron lors de leur rencontre en marge du sommet de l'OTAN, à Bruxelles, le 25 mai (archives).

KEYSTONE/AP/EVAN VUCCI

(sda-ats)

Pour sa première visite en France, Donald Trump assistera en compagnie d'Emmanuel Macron au défilé militaire de la fête nationale du 14 juillet sur les Champs-Elysées. Un nouveau face-à-face après une entrée en matière plutôt rugueuse entre les deux hommes.

Le président américain a "accepté l'invitation" d'Emmanuel Macron, a annoncé la présidence française mercredi.

Des soldats américains défileront aux côtés de militaires français à cette occasion pour commémorer le centenaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis dans le premier conflit mondial, a-t-elle simplement rappelé.

Les vedettes du défilé seront indubitablement les deux avions de chasse furtifs américains F-22 "Raptor" ainsi que les six F-16 des Thunderbirds, la patrouille acrobatique de l'US Air Force, qui participeront au défilé aérien.

Partenariat accentué

La Maison Blanche a confirmé mercredi la venue du président américain en France.

Les deux dirigeants saisiront l'occasion pour "accentuer le solide partenariat économique et en matière de lutte antiterroriste qui unit leurs deux pays", a déclaré son porte-parole.

Mais il sera vraisemblablement aussi question de la Syrie. Tous deux se sont dits prêts mardi lors d'un entretien téléphonique à "apporter une réponse commune" en cas de nouvelle attaque chimique sur le territoire syrien.

Nul doute qu'ils aborderont aussi, parmi d'autres dossiers internationaux, la crise du Golfe, avec la mise au ban du Qatar par ses voisins juste après une visite de Donald Trump fin mai en Arabie saoudite.

Pas d'unanimité

A Paris, le président américain devrait être accompagné de son épouse Melania, mais le programme précis de sa visite n'était pas encore fixé mercredi.

Il est toutefois acquis, selon l'Elysée, qu'il n'accompagnera pas Emmanuel Macron à Nice dans l'après-midi du 14 juillet. Le président français doit y rendre hommage aux 86 morts et 434 blessés de l'attentat djihadiste commis un an plus tôt sur la Promenade des Anglais.

Cette visite en France du président américain marquera un nouveau temps fort diplomatique du début de mandat d'Emmanuel Macron après son mano a mano avec le président russe Vladimir Poutine, le 29 mai, sous les ors du château de Versailles.

Son invitation en France est loin de faire l'unanimité. Donald Trump ne sera "pas le bienvenu", a déjà prévenu le leader de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon.

Pas d'interview télévisé

Par ailleurs, Emmanuel Macron ne donnera pas d'interview télévisée le 14 juillet, a annoncé mercredi soir son entourage, le chef de l'Etat rompt ainsi avec une tradition mise en place par Valéry Giscard d'Estaing.

"Le président de la République aura eu l'occasion de s'exprimer largement devant la Nation" le lundi 3 juillet, en réunissant le Parlement en Congrès à Versailles, a fait valoir son entourage.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS