Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Emmanuel Macron était en campagne à Albi jeudi.

KEYSTONE/EPA/FREDERIC SCHEIBER

(sda-ats)

Au lendemain d'un débat télévisé virulent, le candidat d'En Marche! à l'élection présidentielle française, Emmanuel Macron, a accru son avance sur Marine Le Pen, selon un sondage Elabe publié vendredi. Il est désormais donné vainqueur dimanche avec 62% des suffrages.

Il s'agit d'une augmentation de trois points par rapport à la précédente enquête d'Elabe. La présidente du Front national est, elle, créditée de 38% des intentions de vote, soit un repli de trois points.

Selon Elabe, 19% des personnes interrogées et disant avoir l'intention d'aller voter, "n'expriment toujours aucun choix à ce stade de la campagne (...) et pourraient au final voter blanc ou nul, voire basculer dans l"abstention".

Selon une enquête du même institut diffusée mercredi après le débat entre les deux candidats à la présidence de la République française, Emmanuel Macron a été jugé le plus convaincant par 63% des Français.

Le sondage quotidien Ifop, publié jeudi en fin d'après-midi, donne le candidat d'En marche! gagnant avec 61% des voix contre 39% à Marine Le Pen.

Fin de campagne à minuit

Dans une interview à La Provence, Emmanuel Macron a déploré vendredi les "pudeurs de gazelle" de ceux qui hésitent encore à voter pour lui face à Marine Le Pen, après avoir voté pour Jacques Chirac en 2002, en allusion à Jean-Luc Mélenchon. "J'irai au bout de la recomposition politique qui est en train de se produire, ce qui n'a pas été fait en 2002", promet-il.

La "période de réserve", qui interdit aux candidats et à leurs soutiens de s'exprimer dans les médias audiovisuels, débute vendredi à minuit, a rappelé le conseil supérieur de l'audiovisuel.

Les télévisions peuvent cependant diffuser des images consacrées au vote des candidats, dès lors que ces séquences rendent compte de tous les candidats et qu'elles ne donnent lieu à aucune intervention de leur part.

Concernant les sondages, le CSA rappelle que la veille et le jour du scrutin, "aucun sondage électoral ne peut faire l'objet, par quelque moyen que ce soit, d'une publication, d'une diffusion ou d'un commentaire", à compter du samedi précédant le scrutin à zéro heure. Cette interdiction prend fin à la fermeture du dernier bureau de vote sur le territoire métropolitain, soit le dimanche 6 mai à 20h00.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS