Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nouveau procès dans l'affaire de la "mafia des cigarettes" s'est ouvert vendredi à Bellinzone devant le Tribunal pénal fédéral par l'audition d'un ex-procureur tessinois. Il s'est exprimé sur des renseignements juridiques qu'il aurait fourni à l'un des neuf accusés.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) était avant tout intéressé à savoir si l'un des accusés, propriétaire d'un bureau de change, se serait renseigné au début des années 90 auprès du juriste tessinois, qui exerce aujourd'hui comme avocat, concernant la légalité de son commerce.

C'était dans le contexte d'un durcissement des lois sur le blanchiment d'argent et les organisations criminelles en 1990 et 1994. L'ancien procureur a confirmé avoir bien été consulté à l'époque par le commerçant en devises en tant qu'avocat.

Mais il lui aurait alors dit n'être pas intéressé par un quelconque mandat. Le juriste n'aurait fourni que des renseignements superficiels, n'entrant volontairement pas dans le détail. Le procès se poursuivra lundi, avec l'audition d'une autre ancienne procureure tessinoise et ex-procureure de la Confédération Carla Del Ponte comme témoin.

Premier jugement cassé

Le Tribunal fédéral avait cassé un premier jugement prononcé en 2009, dans lequel sept accusés avaient été acquittés et deux avaient écopé d'une peine avec sursis. Tous les neuf doivent à nouveau être jugés.

Les accusés, huit hommes dont un jugé par contumace et une femme, sont poursuivis pour participation ou soutien à une organisation criminelle, ainsi que pour blanchiment d'argent.

Armes et drogue

Le cas rejugé à Bellinzone est étroitement lié au trafic de cigarettes de contrebande, acquises avec de l'argent provenant de la vente d'armes et de drogue. De 1996 à 2000, une organisation internationale aurait écoulé 215 millions de cartouches de blondes vers le marché italien - où les cigarettes sont soumises au monopole de l'Etat - via le Monténégro.

Selon le MPC, ce juteux marché était contrôlé conjointement par la Camorra napolitaine et par la Sacra Corona Unita, la mafia des Pouilles.

ATS