Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après avoir rencontré des membres du Conseil fédéral lundi, le président palestinien Mahmoud Abbas s'est entretenu mardi avec les présidents des deux Chambres du Parlement. Leur dressant un état des lieux, il a notamment insisté sur l'importance d'une solution au conflit israélo-palestinien pour stabiliser le Proche-Orient.

Outre Stéphane Rossini (PS/VS) et Claude Hêche (PS/JU), respectivement présidents du Conseil national et des Etats, Carlo Sommaruga (PS/GE) et Felix Gutzwiller (PLR/ZH), présidents des commissions de politique extérieure ont assisté à l'entrevue, sollicitée par Mahmoud Abbas.

"Nous avons surtout parlé du processus de paix avec Israël et de la réconciliation interpalestinienne", a indiqué à l'ats Stéphane Rossini. M. Abbas s'est également félicité de la "bonne collaboration" avec la Suisse. Le président du National s'est dit frappé par l'"humilité" du personnage et son "respect" de toutes les parties.

Elections rapides nécessaires

Le président palestinien a souligné le caractère "vital" de la réconciliation avec le mouvement islamiste Hamas, qui dirige toujours la bande de Gaza malgré ses engagements à remettre le pouvoir au gouvernement, pour pouvoir "tirer tout le monde dans le processus de paix". Il a insisté dans ce cadre sur la nécessité d'élections rapides.

M. Abbas a dit devoir rencontrer le Hamas pour cet objectif la semaine prochaine, a indiqué Claude Hêche.

Abordant le contexte régional, le président palestinien a relevé l'impact négatif des conflits en Syrie et en Irak sur la capacité des Palestiniens à parvenir à une solution avec l'Etat hébreu. Mais il a aussi insisté sur le fait qu'"une paix entre Israël et la Palestine contribuerait à stabiliser toute la région".

Taxes bloquées par Israël

Rompant une lance contre l'occupant israélien, Mahmoud Abbas s'est insurgé contre les sanctions imposées par l'Etat hébreu en rétorsion à la récente offensive diplomatique palestinienne à l'ONU, a rapporté M. Hêche.

Bloquant depuis décembre les taxes qu'il collecte pour le compte de l'Autorité palestinienne, Tel Aviv prive celle-ci de 130 millions de dollars par mois. Au total, 60 % des fonctionnaires palestiniens ne sont dès lors pas payés.

Claude Hêche a insisté sur la nécessité pour la Suisse d'une "neutralité active" sur le dossier israélo-palestinien. "La Suisse a des arguments à faire valoir", a-t-il également estimé. Pour lui, "l'attentisme ne mènerait qu'à plus de fanatisme".

Le président de la commission de politique extérieure du Conseil des Etats Felix Gutzwiller doit se rendre de son côté en mai en Palestine et en Israël, accompagné d'une délégation.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS