Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les rebelles touareg sont entrés dimanche dans Tombouctou, dont la chute annoncée consacre leur mainmise sur la quasi-totalité du nord-est du Mali. A Bamako la junte militaire en déroute a promis son retrait et un gouvernement de transition sans toutefois fixer de calendrier.

La principale composante de la rébellion, le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), a annoncé avoir pris le contrôle de Tombouctou, dernière ville du nord-est du Mali encore sous contrôle gouvernemental.

Selon des habitants interrogés par téléphone, des rebelles ont investi Tombouctou quasiment sans combattre. Et cela après avoir négocié avec une milice arabe loyaliste qui s'était positionnée le matin même dans la ville suite à la défection de la plupart des militaires de l'armée malienne.

Samedi, les rebelles avaient pris le contrôle de Gao, 300 km plus à l'est, principale ville du nord-est malien qui abritait l'état-major régional de l'armée après s'être emparés la veille de la ville stratégique de Kidal, vers la frontière algérienne.

Junte acculée

Dans la capitale, la junte sous pression et en déroute a promis dimanche une transition vers des élections dont la date n'a pas été précisée. "Nous prenons l'engagement solennel de rétablir à compter de ce jour la Constitution (...) ainsi que les institutions républicaines", a déclaré le chef des putschistes, le capitaine Amadou Sanogo.

Il a annoncé "des consultations avec toutes les forces vives du pays dans le cadre d'une convention nationale" sous les auspices des pays de l'Afrique de l'Ouest pour permettre "la mise en place d'organes de transition en vue de l'organisation d'élections apaisées, libres, ouvertes et démocratiques". Il a confirmé que la junte n'y participerait pas.

Face à la situation au Mali, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) recommande aux Suisses présents dans le pays d'"envisager de quitter momentanément le pays". Mais pour autant, précise-t-il "qu'il existe encore des moyens de transports commerciaux et que (...) cela soit sûr".

ATS