Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suissesse enlevée le 15 avril à Tombouctou, dans le nord du Mali, est libre. Elle a été remise mardi à une représentante du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) par le groupe qui la détenait. Elle se trouve en lieu sûr et son état de santé est bon.

Le conseiller fédéral Didier Burkhalter s'est dit soulagé en apprenant la libération de la ressortissante helvétique, a dit le DFAE. En raison de la protection de la personnalité, ses services ne donnent pas davantage d'éléments dans cette affaire.

Le DFAE a également remercié en particulier les autorités du Mali et du Burkina Faso qui ont oeuvré à la libération de la citoyenne suisse. Selon un journaliste de l'AFP sur place, la Suissesse a été remise dans un premier temps par le groupe Ansar Dine aux services de sécurité burkinabés, avant d'être transportée par hélicoptère.

Pas de retour en Suisse

Elle est arrivée dans l'après-midi à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso en compagnie du chef d'état-major particulier du président burkinabè Blaise Compaoré, le général Gilbert Djindjéré, et de deux représentants du DFAE, qui plus tôt, l'avaient récupérée en plein désert près de Tombouctou.

A son arrivée à la base militaire de Ouagadougou, assaillie par les journalistes, la Suissesse n'a pas voulu s'exprimer. "Elle ne veut pas repartir en Suisse, elle ne souhaite pas quitter la région pour le moment et va rester au Burkina deux ou trois jours, le temps de réfléchir", a expliqué le général Djindjéré.

Entre les mains d'Ansar Dine

Cette Bâloise est âgée d'une quarantaine d'années et vivait depuis longtemps à Tombouctou. Chrétienne très impliquée dans les actions sociales, elle avait refusé de quitter la ville malgré la prise de contrôle des rebelles touareg au nord et les mises en garde du DFAE recommandant à ses ressortissants de quitter le pays.

Elle était entre les mains du groupe islamiste armé Ansar Dine qui l'avait reprise à ses ravisseurs. Ce mouvement est appuyé par des éléments d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et dispose de bases dans le Nord-Mali.

ATS