Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'éleveur arrêté, qui s'était barricadé, ne pourra plus élever d'animaux.

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

Les chevaux maltraités de la tristement célèbre ferme de Hefenhofen (TG) ont été évacués. Les autorités ont décidé de faire emmener les 300 animaux du domaine. L'éleveur accusé de maltraitance a lui été arrêté. Il ne pourra plus détenir d'animaux.

Dernièrement, il y a eu de plus en plus de contrôles dans la ferme, a dit en soirée le conseiller d'Etat en charge de l'intérieur thurgovien Walter Schönholzer. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse d'une task force cantonale spécialement constituée.

Lors des derniers contrôles, les inspecteurs n'ont rien vu, a poursuivi le conseiller d'Etat. Mais les photos récentes transmises à la presse et formellement authentifiées par le procureur ont prouvé que les animaux y étaient négligés et élevés dans des conditions inadéquates. On y voit des cadavres de chevaux dans la paille, et des équidés très amaigris.

Animaux emmenés

La task force, qui réunit aussi l'Office vétérinaire, la police cantonale, le procureur général et l'Office de l'agriculture, a décidé lundi matin d'agir vite. Une grosse opération de police a été déployée. Les animaux ont été saisis et emmenés en lieu sûr. L'éleveur s'est vu signifier une décision superprovisionnelle en ce sens.

Dans la ferme se trouvaient actuellement 90 chevaux, 100 porcs, 50 boeufs, une douzaine de moutons, trois chèvres et quelques lamas, a détaillé le vétérinaire cantonal Paul Witzig. En attendant que les animaux soient tous emmenés, la police a sécurisé et bloqué le site.

Les chevaux ont eux été emmenés au centre de compétence et de service vétérinaire de l'armée à Schönbühl (BE), selon les autorités. Les autres animaux ont été évacués en présence de vétérinaires.

Eleveur interrogé

L'éleveur, arrêté lundi à la mi-journée, est actuellement interrogé, a indiqué la police thurgovienne. Il ne s'est pas opposé à son arrestation. Un char de bottes de foin bloquait toutefois l'accès à la cour de la ferme.

L'arrestation de l'éleveur, soupçonné de maltraitance envers les animaux, fait suite à une requête de l'Office vétérinaire cantonal basée sur la Loi sur la protection des animaux (LPA). Il est accusé notamment de maltraitance envers des animaux. Des plaintes pour violence et contrainte sont aussi sur la table.

Pressions

Lundi matin, les défenseurs des animaux s'étaient réunis en sit-in devant la ferme de Hefenhofen. Une autre manifestation a eu lieu à Frauenfeld, devant le bâtiment des autorités cantonales.

Les manifestants reprochaient à ces dernières de ne pas être intervenues pendant des années alors que, selon eux, il est de notoriété publique que l'éleveur en question maltraite ses chevaux. Une pétition a été lancée. Munie de 13'000 signatures, elle a été remise aux autorités.

L'affaire de maltraitance a été rendue publique jeudi dernier, quand le Blick a publié des photos prises par une ancienne collaboratrice de l'élevage de chevaux. Selon l'employée, treize chevaux sont morts de faim au cours des derniers mois.

ATS