Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des mamans du village valaisan de Grône se mobilisent contre la ligne aérienne à très haute tension prévue entre Chamoson et Chippis. Elles se disent "inquiètes" de l'impact de la ligne sur la santé de leurs enfants.

Les cinq mamans ont créé le groupement "Protégeons nos enfants des lignes THT". Leur but est d'inciter la société Swissgrid à "reconsidérer le projet et à proposer une variante enfouie", indiquent-elles jeudi dans un communiqué.

L'implantation de pylônes "à proximité immédiate du centre scolaire de Grône" préoccupe le groupement. Certains des 700 élèves du centre "passeront plus de dix ans exposés à des champs électromagnétiques nocifs pour la santé", estime-t-il.

Les mamans ont notamment lancé une pétition qui a récolté "plus de 4500 signatures à ce jour". Elles ont aussi ouvert une page Facebook et rencontré Swissgrid qui n'a pas réussi à les tranquilliser, "bien au contraire".

Le 17 septembre, elles organisent une séance d'information publique à Grône. Y participeront un médecin, un ingénieur radio et un avocat.

Réaction tardive

Présenté en 2010, le projet de ligne à haute tension a suscité une vague de contestations. Parmi les opposants de la première heure figure l'Association sauvegardons le coteau valaisan (ASCV), toujours très active.

Saisi, le Tribunal fédéral avait attribué aux opposants un effet suspensif afin d'étudier de manière plus détaillée la possibilité d'enterrer la ligne. En juin 2013, il avait finalement confirmé qu'un enfouissement partiel ou total serait trop cher et trop compliqué à mettre en oeuvre.

En janvier 2015, l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) a approuvé les plans de construction. Ce n'est qu'alors que les mamans de Grône décident de passer à l'action: "Jusque-là, nous avions confiance, nous étions persuadées que la ligne serait enterrée", a expliqué à l'ats Nadine Arlettaz, membre du groupement.

Début des travaux suspendu

Actuellement, le démarrage des travaux de construction de la future ligne aérienne à très haute tension est suspendu. Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a en effet rendu en mai dernier une décision favorable à 18 opposants.

Le TAF a désavoué l'OFEN qui avait retiré l'effet suspensif en donnant, en janvier 2015, son feu vert à la demande d'approbation des plans déposée par Swissgrid. Pour le TAF, il ne saurait être question de délivrer "un permis de construire anticipé".

Les opposants au projet déplorent l'absence de plans de détail, en particulier en ce qui concerne les plans de pylônes avec indication des ternes, des conducteurs et des types de lignes superposées.

Dans sa décision, le TAF a admis que "ni la nécessité, ni l'urgence de la ligne ne justifie que l'on retire l'effet suspensif à la décision d'approbation des plans". Il a précisé toutefois que son veto n'a qu'un caractère incident dans l'attente de la décision qu'il rendra ultérieurement.

ATS