Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Manchester City a remporté le derby mancunien le plus important de l'histoire. Lors de la 36e journée de Premier League, les Citizens ont battu Manchester United 1-0.
Ils prennant ainsi la tête du championnat à la différence de buts (+ 61 contre +53). City doit encore aller à Newcastle et recevoir QPR, alors que United accueillera Swansea et finira à Sunderland. Mais les Citizens sont désormais maîtres de leur destin.
La réussite de Kompany à la 45e a donc été décisive pour que City réalise le doublé contre son rival local. Le succès est mérité, car Manchester City s'est montré un peu plus dangereux, notamment en fin de rencontre, alors que United n'a pas pu se créer la moindre occasion de marquer.
Très attendu, ce 162e derby mancunien a peiné à démarrer. La faute d'une part à la nervosité des joueurs de City, paralysés par l'enjeu durant de longues minutes, et de l'autre à la tactique très prudente adoptée par les Red Devils.
Sir Alex Ferguson avait mis son équipe en configuration européenne, avec un bloc très compact évoluant bas dans son camp. Rooney se retouvait bien isolé en pointe. United débutait mieux, mais sans être dangereux. Au fil des minutes, les hommes de Roberto Mancini parvenaient enfin à assurer leurs passes, mais eux aussi n'arrivaient pas à se créer des occasions face au double rideau hermétique mis en place par leurs rivaux locaux.
Dans ces conditions, une erreur individuelle ou une balle arrêtée pouvait s'avérer décisive. Ainsi, c'est sur un corner de Silva repris de la tête par Kompany que les Citizens ouvraient la marque dans les arrêts de jeu de la première mi-temps. C'était le 14e but inscrit par Manchester City sur coup de coin cette saison, ce qui en fait le club le plus efficace dans ce domaine cette saison en Premier League.
Les débats étaient du même tonneau après le thé. Les changements offensifs effectués par Ferguson n'ont pas eu l'effet escompté, alors que Mancini, qui a plutôt renforcé son milieu de terrain, a eu raison. En fin de match, son équipe a eu plusieurs occasions de doubler la mise par Yaya Touré (82e), Clichy (88e) et Nasri (90e).

ATS