Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Manif à Lausanne contre le racisme et les violences policières

Environ 500 personnes ont défilé samedi dans Lausanne en hommage à Mike, décédé au lendemain d'un contrôle de police.

KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

(sda-ats)

Environ 500 personnes ont longuement défilé samedi après-midi dans Lausanne pour rendre hommage à Mike, Nigérian décédé au lendemain d'un contrôle de police dans la capitale vaudoise. Elles voulaient aussi dénoncer le racisme et les violences policières.

Après une minute de silence à la Place Chauderon, les manifestants, 500 selon la police lausannoise, se sont mis en marche sous une fine pluie. En anglais, avec vigueur, ils ont scandé "Nous avons besoin de paix", "Qui a tué Mike? La police" ou "Justice pour Mike".

Sillonnant la ville avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "La vie des Noirs compte", "Les politiques sécuritaires tuent" ou "La police protège les peaux blanches", les participants se sont notamment arrêtés devant l'hôtel de police. Certains y ont dénoncé le silence face aux discriminations, d'autres ont pointé du doigt le travail de la police, a constaté l'ats sur place.

Tags à la police

Sur une façade, l'un d'eux y a inscrit "RIP" et "ACAB", soit "Rest in peace" (Repose en paix) et "All cops are bastards" (Tous les flics sont des salauds). Si les meneurs exprimaient fortement leur ressentiment, l'atmosphère dans le cortège était plus pacifiste.

Organisé par le collectif Jean Dutoit, un groupe de soutien aux migrants, et appuyé par le collectif Afro-Swiss et SolidaritéS Vaud, l'événement a été mis sur pied après le décès de Mike. Ce ressortissant nigérian de 40 ans a perdu la vie le 1er mars au lendemain d'un contrôle de police musclé.

L'homme s'était opposé aux agents de police qui disent avoir été attirés par son "comportement suspect" lors d'un contrôle contre le deal de rue. Refusant d'obéir aux policiers, le quadragénaire avait finalement été maîtrisé par la contrainte et menotté.

C'est peu après avoir été immobilisé qu'il a fait un malaise. Malgré des premiers soins sur place et un transport au CHUV, l'homme est décédé le lendemain matin. Après son malaise, la police dit avoir trouvé des boulettes de cocaïne à côté de son visage et dans sa bouche. Une instruction pénale est en cours.

Un an après Hervé

Cette affaire a lieu un peu plus d'un an après la mort d'Hervé, un Congolais de 27 ans tué par un policier à Bex (VD), et quatre mois après le décès d'un requérant d'asile gambien dans une cellule de la police vaudoise.

Les organisateurs de cette marche estiment "qu'être un jeune homme noir, ici à Lausanne comme ailleurs en Suisse, fait de vous une cible toute désignée au racisme d'Etat". Et d'ajouter que ces "bavures" sont trop systématiques pour être des accidents ou des exceptions.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.