Près de 300 personnes sont descendues dans les rues à Genève samedi après-midi pour dire stop aux abattages d'arbres et au bétonnage. "Aux arbres citoyens!", ont scandé les manifestants qui ont symboliquement baptisé des arbres sur leur passage.

"J'étais tellement triste quand j'ai vu passer sur des camions des séquoias tronçonnés sous mes fenêtres", témoigne une habitante du quartier des Allières. Très fâchée, cette retraitée manifestait pour la première fois de sa vie samedi.

Le chantier des Allières près des Eaux-Vives, qui doit permettre de construire des logements, a mis ce thème émotionnel sur le devant de la scène à Genève. Deux visions s'affrontent: le développement du canton contre la préservation de la nature. Pour les manifestants de samedim le message est clair: les arbres ne doivent pas être sacrifiés sur l'autel du développement.

Stop au massacre

"Il faut arrêter ce massacre", a relevé Jérôme Fontana de l'assocation Sauvegarde Genève, qui a initié cette démarche citoyenne. Selon une réponse du Conseil d'Etat à une question urgente écrite, 6600 arbres ont été autorisés à l'abattage en 2018. "On nous ment!", a déploré M. Fontana qui veut de la transparence sur ces chiffres.

Parmi les manifestants, de nombreux représentants d'associations de quartiers. Ils sont prêts à mener de nouveaux combats pour sauver les arbres menacés par des chantiers, notamment à la Chevillarde à Chêne-Bougeries, à Pinchat ou encore aux Feuillantines, près de la Place des Nations, où le projet de la Cité de la Musique est prévu.

Pour un moratoire

C'était aussi l'occasion pour certains de donner de la voix avant les votations du 24 novembre. Les défenseurs des arbres des Crêts au Petit-Saconnex ont ainsi rappelé l'importance de ce périmètre arborisé qui fait l'objet d'une modification de zone pour y construire des logements.

D'autres étaient là pour défendre la zone agricole du Pré-du-Stand au Grand-Saconnex qui doit faire place à des stades de football et des surfaces commerciales. Attaqué par référendum, ce projet est aussi en votation le 24 novembre.

La colère citoyenne exprimée samedi trouve un écho au niveau politique. En effet, deux projets de loi ont été déposés au Grand Conseil pour instaurer un moratoire sur les abattages des arbres du canton. L’association Sauvegarde Genève va aussi déposer une pétition. Elle a récolté plus de 7500 signatures.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.